Cameroun : Un hibou crée la panique à Dschang

L’oiseau rapace se baladait carrément au marché A en pleine journée. La matinée du vendredi 3 janvier 2014 a été particulièrement agitée chez les commerçants du marché A de Dschang.Hibou070114300

Ils ont dû interrompre leurs diverses activités pendant plus d’une heure pour pourchasser et tuer un hibou qui survolait tranquillement les étales. «Il était environ 9h 30 min, le hibou s’est d’abord posé sur le balcon de ma boutique. La fille avec qui je travaille qui l’a vu en premier, m’a aussitôt alerté. Lorsque je suis sorti pour essayer de l’arrêter, il s’est envolé», raconte avec frémissement un commerçant. Malheureusement, cet oiseau n’ira pas plus loin. Car à la prochaine boutique où, il va s’arrêter, le propriétaire des lieux se montrera plus déterminé à mettre fin à son parcours. Avec l’aide des passants et des mototaximen, il réussira à neutraliser l’oiseau. «Il s’est caché dans une buse. Nous avons mis le feu pour le faire sortir», explique un acteur de la scène. Leur stratégie a visiblement porté des fruits. Puisqu’au bout de quelques minutes, le hibou sortira de sa cachette épuisé. Et ses bourreaux vont le capturer sans difficulté aucune. Puis, vont le calciner devant une immense foule de curieux.

Phénomène de totémisme

L’obstination des commerçants du marché A de Dschang à abréger la vie de cet oiseau est en effet la résultante de la hantise qui s’est emparée d’eux, depuis qu’une folle histoire de rat totem arrêté dans le même marché et revendu à plus de 2 millions Fcfa, a fait le tour de ce marché et même de toute la ville. Il se raconte qu’à l’ouverture de sa boutique, un commerçant avait surpris un rat dans sa caisse. L’embuscade tendue avec l’aide de quelques voisins avait permis de neutraliser le rongeur. Seulement et curieusement, au moment où le propriétaire de la boutique voulait brûler ce rat, il recevra ex abrupto, un coup de fil anodin. Celui qui est au bout de la ligne le supplie de laisser le rat en vie. En contrepartie, il aurait d’abord proposé la somme de 500 000 Fcfa pour cette faveur. Surpris, le patron de la boutique hausse les enchères.

Des sources concordances, cette sombre affaire se serait conclue par une libération de l’animal contre 2 000 000 Fcfa. Le hibou de vendredi dernier était-il un oiseau totem ? Les commerçants du marché A sont presque tous d’accord. Puisque cet oiseau est de prime abord, reconnu être un oiseau nocturne. Bien plus, ce dimanche 5 janvier 2014, un homme a trouvé la mort de manière subite dans les encablures du marché où l’oiseau a été tué. De quoi alimenter davantage les supputations.

© La Nouvelle Expression : Vivien Tonfack

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau