Cameroun - Tsinga elobi: Un mari jaloux assassine son épouse âgée de 20 ans

Il la soupçonnait de perfidie et de vouloir le quitter La jeune Keubiwo Siabon Gambetta, élève en classe de Terminale G2 au Lycée Technique Industriel et Commercial de Yaoundé, ne soufflera pas sur sa vingtième bougie.

Couteau en sang

Née le 17 janvier 1994 à Batouri dans la Région de l'Est, elle a été précocement arrachée à la vie par la volonté d'un homme. Son mari, âgé de 50 ans, enseignant recruté dans le cadre des 25000 à la Fonction publique, l'a poignardé mortellement au domicile de ses parents au quartier Tsinga Elobi. Selon des sources proches de la famille, son bourreau a débarqué au domicile le 20 décembre dernier, après avoir demandé par téléphone à son beau-frère de le retrouver à son lieu de service. Rendu sur place, il va injecter une substance soporifique au cadet, qui entrera dans un profond sommeil.

La mère Tchokoté Julienne étant partie chercher la pitance quotidienne, il s'introduit dans la chambre de celle qu'il a épousée il y a à peine six mois, pour lui asséner des coups de couteau au niveau de la tête. Coups qui seront fatals pour celle qui s'apprêtait à aller prendre son carnet de note ce jour. Ses camarades de classe rencontrés, disent qu'elle se sentait menacée depuis que ce mari, d'une jalousie morbide, avait déclaré en plein lycée que «toi et moi c'est jusqu'à la mort».

Elle envisageait d'ailleurs de fuir le martyre qu'elle vivait pour s'installer à Douala. On ne comprend toujours pas comment il en est arrivé là. Par le passé, il se raconte que la jeune Keubiwo aurait eu la jambe cassée par ce mari, ancien pratiquant d'arts martiaux, sans que cela n'émeuve sa génitrice. N'aurait-elle pas affirmé que «son beau-fils a versé toute la dote»? La cupidité de cette mère irresponsable aura coûté la vie à une jeune fille promise à un bel avenir. Sa levée de corps le samedi 28 décembre dernier à l'Hôpital Central de Yaoundé, s'est déroulée dans l'indifférence totale. Keubiwo Siabon Gambetta repose désormais au cimetière de Bandja dans la Région de l'Ouest. Son bourreau aurait tenté de se donner la mort par la suite mais aux dernières nouvelles, méditerait sur son sort à la Prison centrale de Kondengui.

© Dim Fangounda | Le Soir

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau