Cameroun - Sangmélima: Il découpe sa concubine

Jacques Atouba Belinga, le meurtrier présumé, tradi-praticien, a été lynché par une foule en colère.

machette-poignard.jpg

Jacques Atouba Belinga, le tradi-praticien, ayant abattu sa concubine à coups de machette, a finalement rendu l'âme mardi 13 août 2013 des suites d'hémorragie. Les habitants de Meyomessi, village situé près de Sangmélima, l'ayant bastonné et tranché les deux pieds après son forfait. La foule en colère a par ailleurs battu à mort le fils aîné du tradi-praticien, remis aux forces du maintien de l'ordre, Jacques Atouba a finalement rendu l'âme à Sangmélima faute de sang, Personne ne s'est porté volontaire pour lui faire un don de sang, alors qu'il avait beaucoup saigné.

Lundi 12 août 2013, le tradi-praticien avait découpé à mort sa concubine, la nommée Alice Ruphine Abotyi Motazé. Le drame se déroule à Meyomessi, près de Sangmélima, Jacques Atouba Belinga, la quarantaine révolue, vivait en concubinage avec sa victime, une jeune femme d'une trentaine d'années. Excédée par les bévues intempestives de son concubin, elle ne cessait de se plaindre auprès de ses parents à elle, chose que son homme n'appréciait pas.

Il la menaçait de mort. Quelques jours plus tard, il passe à l'acte. Le tradi-praticien surprend sa concubine endormie dans la chambre avec leur bébé. Il assène des coups de machette à la jeune femme, jusqu'à ce que mort s'en suive. Alertés par les cris du nouveau-né les parents de la victime découvrent l'horreur: le corps de leur fille baignant dans une mare de sang, Le présumé meurtrier a déjà pris le large. Après plusieurs jours de cavale, il est finalement neutralisé et tabassé par les habitants de Meyomessi qui, au passage, lui tranchent les deux pieds, avant de le remettre à la gendarmerie. *

© Jérome Essian | Le Jour

Commentaires (1)

1. makanga tchitcheto mariette 18/08/2013

Tchouuuuoooooo! C'est fort au Pays voisin deeeee! Gabon est doux deeeeee

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau