Cameroun - Renversée par un taxi: Une dame de 80 ans décède par négligence médicale

Le décès de cette octogénaire continue de susciter de l’émoi au quartier Tsinga. Elle s’appelait Yossa Emilienne, épouse Tchamdjou. Pour beaucoup, elle était Mama Yossa.

La quatre-vingtaine bien sonnée. Cette paisible mère de famille et chrétienne très engagée de la paroisse catholique Christ-Roi de Tsinga, dans l’archidiocèse de Yaoundé, a trouvé la mort de manière inattendue vendredi 17 janvier 2014. Ce jour-là, il est alors 6h10 minutes. La vieille femme qui habite le quartier Nkomkana se rend comme tous les matins à la messe quotidienne à l’Eglise Christ-Roi de Tsinga. Descendue du taxi qui l’a déposée en face de la chapelle, elle aura à peine le temps de traverser la route pour gagner l’enceinte de la paroisse. Alors qu’elle se trouve au milieu de la chaussée, un autre taxi arrive à vive allure et fonce sur elle.

Certainement prise de panique, elle reste alors figée sur la chaussée. Pensant que le chauffeur va l’éviter. Malheureusement, le véhicule qui reste non identifié jusqu’à ce jour la heurte violemment. Mama Yossa s’écroule. Le chauffard, au lieu de s’arrêter pour porter secours à la victime, décide plutôt de s’enfuir. Sous les regards ahuris et les cris des passants et des paroissiens qui ont suivi l’horrible scène.

Diagnostic médical approximatif

Mama Yossa est alors immédiatement transportée à l’hôpital de district de la Cité Verte. Même s’il n’y a pas de trace de blessure visible sur elle, l’octogénaire se plaint des douleurs. Les infirmières qui la reçoivent au service des urgences l’examinent. Puis se montrent pourtant rassurantes. Les membres de la famille de Mama Yossa pensent alors que, compte tenue de son âge, elle sera gardée à l’hôpital en observation. Que nenni! Des sources proches de la famille révèlent que les infirmières auraient demandé à Mama Yossa de ne pas s’inquiéter, de rentrer chez elle, de s’alimenter et de se reposer.

Tout simplement. Mama Yossa est alors ramenée au domicile familial où elle retrouve les siens, tous apeurés par ce qui lui est arrivé en matinée. Vers 11h ce même vendredi 17 janvier 2014, curieusement, les douleurs redeviennent de plus belle. «Une fois qu’on la touchait, elle criait », lance un proche parent. Tout de suite on pense alors à une hémorragie interne. Mama Yossa demande alors à ses proches de la ramener vers une autre institution sanitaire. Face à la souffrance, ses enfants et petits enfants décident de la transporter vers les urgences de l’Hôpital central de Yaoundé. Alors qu’ils font chemin vers cette institution sanitaire de la capitale camerounaise, tous se rendent compte que l’état physique de Mama Yossa devient de plus en plus alarmant. Une fois aux urgences, la vieille dame est installée sur un lit.

Pendant près d’une heure, elle n’aurait, selon divers témoignages recueillis par Le Messager, reçu aucun soin. C’est alors que la catastrophe survient. Mama Yossa Emilienne décède en début d’après midi de ce 17 janvier 2013. C’est la panique générale au sein de la famille qui peine à croire à ce qui lui arrive. Le corps est immédiatement déposé dans une morgue de la capitale. Lors des messes dominicales de ce dimanche 19 janvier 2014, à la paroisse Christ-Roi de Tsinga, les circonstances de la mort de Mama Yossa que tous les paroissiens de cette église connaissaient bien, nourrissaient toutes les conversations. Non seulement on a jamais retrouvé le chauffard de taxi à l’origine de ce drame, mais aussi les infirmières qui ont procédé à ce diagnostic léger sont restées impunies. Pour le curé de la paroisse Christ-Roi de Tsinga, l’abbé Engelbert Fouda, «il s’agit d’une situation regrettable que nous devons prendre avec courage et foi ».

© Jean François CHANNON | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau