Cameroun - Maroua: Un garçon de 16 ans violé

Cameroun - Maroua: Un garçon de 16 ans violé La vie en ville n'est pas toujours de tout repos.

Emmanuel Lafi, 16 ans, parti de son village natal à la recherche du travail l'a appris à ses dépens. La vie en ville n'est pas toujours de tout repos. Emmanuel Lafi, 16 ans, parti de son village natal à la recherche du travail l'a appris à ses dépens. Lui qui a été abusé par un marabout au quartier Dougoi à Maroua. Le puceau, élève en classe de 6ème au Lycée de Koza, dans le Département du Mayo-Tsanaga, aurait abandonné les classes faute de moyens. Il se rend donc dans la grande ville de l'Extrême-Nord, pensant tirer son épingle du jeu. Mais c'était sans compter avec les vicissitudes de ces milieux.

A peine a-t-il été engagé comme serveur et plongeur dans un restaurant appartenant à un certain Garga, au quartier Dougoi, que Mal Goni qui enseigne le coran aux enfants de Garga est tombé amoureux du jeune homme. «Il me disait qu'il avait besoin d'une personne pour travailler chez lui comme garçon de maison. Je pensais avoir trouvé un meilleur emploi. Seulement, une fois la nuit tombée, il me confondait à une femme cherchant à me pénétrer par l'anus. Dans un premier temps, j'ai échappé à son coup tordu. Mais les jours suivants, on dirait qu'il m'a hypnotisé à l'aide de gris-gris. Puisque je ne m'en suis rendu compte qu'après coup», a déclaré la victime.

En effet, c'est lorsqu'il ne parvenait plus à marcher qu’il s'est confié à la femme de son bailleur. Celle-ci lui conseille de se taire afin que l'histoire ne se répande dans le voisinage et lui attire des démêlées politico-judiciaires. Désespéré, l'adolescent va trouver refuge dans une agence de voyages dénommée Express Mokolo. Sur les conseils d'un voyageur à qui il a conté sa mésaventure, il décide de se rendre au Commissariat spécial de la ville de Maroua pour se plaindre. Malheureusement, ici aussi, il ne trouve pas une oreille attentive et retourne se réfugier à l'agence de voyages.

Son état ne faisant que s'empirer, il fait appel à son père resté à Koza. Faute certainement de moyen de transport, le père n'a pu voler au secours de sa progéniture en difficulté. Grâce à radio trottoir, un policier a eu vent de cette information et décide de conduire l'infortuné, toujours en attente de son géniteur, dans une formation sanitaire. Un certificat médical lui est délivré par le médecin Jean Marie de l'Hôpital Régional de Maroua.

Pour l'heure, le Procureur de la République près les tribunaux de Maroua a été saisi par l'ONG Aldepa qui, depuis le 26 avril 2013, a pris sur elle de confier cet enfant en difficulté à une famille d'accueil en attendant que la justice mette le grappin sur le présumé homosexuel qui, entre-temps, a fondu dans la nature. Selon les sources policières, de tels agissements sont courant dans la ville de Maroua.

© DAVID WENAI | L'Oeil du Sahel

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau