Cameroun : La petite Ashanti retrouvée à Bonabéri

La petite Ashanti retrouvée à Bonabéri Après deux mois entre les mains de sa ravisseuse, elle a été rendue à ses parents. « Le Seigneur est merveilleux, Dieu est grand ! La petite Ashanti nous a été retournée grâce à Lui ».

pont-wouri250609275.jpg

Ces mots, ces louanges, étaient scandés dimanche matin dans la cour du commissariat central numéro 3 à Bonabéri. Où une foule noire se pressait. L’émotion est grande. Tout le monde veut voir le monstre qui a pu enlever une toute petite enfant. Et en découdre avec lui. En fait, Ashanti Ndogmo, deux ans, volée il y a près de deux mois à Bonabéri au lieu dit Ndobo Rails, a été retrouvée dans l’enceinte même dudit commissariat par sa tante. Un coup de chance tout simplement incroyable ! Elle était entre les mains même de sa ravisseuse, une certaine Mefire, âgée d’une trentaine d’années.

Et il se trouve que ladite tante, Liliane Temgoua, gardienne de la paix principale, est en service dans ce commissariat. Et qu’en plus, elle était de permanence dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle a travaillé dehors très tôt ce jeudi matin. En rentrant au commissariat, la policière aperçoit une dame portant un enfant assise au poste. Elle est apparemment en garde à vue depuis mercredi.

Elle s’approche d’elle, plutôt intriguée, et reconnait directement sa nièce volée il y a deux mois. Certes, l’enfant a changé, elle est amaigrie et a passablement noirci. Mais Liliane Temgoua ne doute pas de son impression. De plus en plus intriguée, elle se rapproche et demande à la dame à qui appartient cette gamine. La ravisseuse répond que l’enfant est d’elle. « Comment s’appelle-t-elle ? », « Ornella », répond la voleuse de bébé. Mais lorsque la gardienne de la paix l’appelle par ce prénom, l’enfant ne réagit pas. Elle combine alors avec le prénom qu’elle sait sien, et dit « Ashanti-Ornella ».

Du coup, la petite qui croit la reconnaitre aussi et la regarde avec intensité. Les choses vont s’accélérer.</p« Elle s’est mise à crier ‘’Ashanti’’, ‘’Ashanti’’ ! ». Une situation qui ne plait pas à la ravissante qui rabroue la gamine. Mais les dés sont jetés. Et le pot-aux-roses découvert. Toutes les forces de l’ordre s’en mêlent et la pressent de questions. La dame qui disait au départ que c’était son enfant, change maintenant d’avis. Acculée, elle raconte une autre histoire. Ce serait la fille de sa sœur ainée. Les parents d’Ashanti son appelés et accourent. C’est finalement toute la famille, les amis et voisins qui se retrouvent dans la cour du commissariat. La dame est placée en garde à vue une deuxième fois. Parce qu’il faut dire qu’elle se retrouvait dans les locaux de la police après avoir été interpellée au commissariat du 15e arrondissement en possession de chanvre indien. D’après la police, elle venait rendre visite à son frère en cellule, et lui avait donc apporté du pain « tartiné » à la drogue.

© Cameroon Tribune : Josy MAUGER

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau