Cameroun: La baby-sitter emporte la pension des enfants

300 000F. La première tranche des frais académiques de trois des enfants du couple B., installé à Nganguè. La somme a été emportée par Marie N., l’employée de maison.

Franc cfa

Elle était censée avoir versé cet argent depuis fin octobre 2013 dans une école primaire privée de Bonapriso, où les gamins sont scolarisés. Pour tromper la vigilance des parents, elle avait posé bien en vue des reçus, assurant au père que l’opération avait été faite. Celui-ci, n’ayant pas pris la peine de vérifier les dates, fait confiance à la bonne et range les documents. Pourtant, le pot-aux-roses est découvert ce 14 janvier 2014. Alors qu’Elsa B. va déposer les enfants à l’école, son attention est attirée par une liste affichée à l’entrée. Pensant qu’il s’agit d’un rappel pour la deuxième tranche, elle se rapproche.

Les noms de ses fils sont bien présents. Mais à sa – mauvaise – surprise, la fiche concerne les écoliers n’ayant pas encore réglé la première partie de leur scolarité. Elsa appelle son mari dare-dare, qui débarque à l’établissement avec les reçus. Les deux se rapprochent des responsables de l’école. La vérification dans les dossiers commence. La première tranche n’a effectivement pas été versée pour les enfants B. Et là, tout le monde pense à regarder plus attentivement les reçus.

Ce sont ceux de l’année précédente. Comble de malheur, ça fait deux mois que l’employée de maison a lâché son boulot chez le couple B., quelques jours après son forfait. Charles B. n’a plus que ses yeux pour pleurer: «Nous ne savons pas où elle vit. Donc, pas moyen de mettre la main sur elle. Et en plus des 300 000 F demandés, il faut chercher les frais pour la deuxième tranche en même temps». Moralité, ça peut servir de regarder la date des reçus.

© Rita DIBA | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau