Cameroun - Insécurité: L'honorable Célestin Kétchanga victime d'un accident de la circulation

Le véhicule de ce Député a violemment percuté un morceau de bois soigneusement rangé sur la chaussée par des individus non identifiés.

Le rocambolesque accident survient sur l'axe lourd Yaoundé - Douala, à vingt kilomètre de l'arrondissement de Mbankomo, lundi 15 juillet 2013. Parti de la capitale économique peu après 18 heures à bord de sa Mercedes GI 500, l'honorable Célestin Ketchanga est stoppé net à quelques kilomètres de la capitale politique. «Le morceau de bois était placé à un tournant, et encerclé par des vieux pneus de véhicules. Lorsque mon chauffeur a vu l'obstacle, il se faisait très tard car c'était à un touchant. S'il virait vers le côté opposé, il devait faire un choc frontal avec un camion venant en face. S'il rabattait le volant vers sa droite, il devait jeter le véhicule en brousse.

Il a eu l'ingénieuse idée de foncer sur l'obstacle et l'a percuté de plein fouet», explique ce Député. L'avant du véhicule est sérieusement endommagé. Mais les occupants s'en sortent sains et saufs. «Quand nous sommes sortis du véhicule, nous avons perçu du bruit autour de nous dans la brousse environnante. Et l'un des amis avec qui j'étais, a commencé à faire les cents pas, faisant semblant d’un pistolet automatique et prêt à tirer. C'est ainsi qu'il a réussi décourager nos éventuels agresseurs, explique cet élu du peuple visiblement meurtri. C'est finalement un camion venu de Yaoundé qui a remorqué le véhicule endommagé jusqu'à Yaoundé.

«Au poste de Police, j'ai signalé l'incident aux policiers qui m'ont dit avec désinvolture que ce sont des jeunes du secteur qui le font souvent pour occasionner des accidents en vue de dépouiller les victimes avant d'appeler les secours. Ils m'ont fait savoir que le phénomène avait connu une perte de vitesse avec la mort de deux de ces bandits, tués par balles lors d'un raid», explique Célestin Ketchanga choqué.

«Je comprends pourquoi les gens meurent chaque jour sur cet axe routier. En réalité, ces criminels tendent des pièges sur la route. Et lorsque vous y entrez, ils vous achèvent et vous spolient avant de dégager le morceau de bois pour simuler un accident». Vivement que les forces de l'ordre, très occupées ces derniers temps à se faire du beurre dans les opérations de contrôles routiers, s'attèlent à lutter contre cette forme d'insécurité.

© Joseph Flavien KANKEU | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau