Cameroun - Insécurité: Des coupeurs de route sèment la terreur à Bafang

Douze hommes armés, des sujets Bororo, s’en sont pris aux voyageurs de l’axe lourd Douala-Bafoussam au lieu dit deuxième pont à un trois kilomètres de Bafang mardi 18 novembre 2014, les dépouillant de tous leurs biens.

Coupeur de route 1

Les coupeurs de route continuent de sévir à Bafang. Mardi 18 novembre 2014, ces hommes sans foi ni loi ont encore fait parler d’eux. Tchouandep Valery, commerçant de journaux invendus, domicilié à Bagangté a vécu un mardi noir. Tous les mardis, relate-t-il va faire ses achats à Douala auprès du distributeur de journaux du Cameroun, (Messapresse). Ce 18 novembre 2014, à bord d’une camionnette transportant du cacao, ses compagnons de route et lui tombent dans une embuscade tendue par des coupeurs de route au lieu dit deuxième pont, à trois kilomètres de Bafang, aux environs de deux heures du matin. Dans la nuit noire, une bande de 12 personnes cagoulées, armes au poing qui avait préalablement apposé des barricades sur la chaussée s’en prend aux occupants du véhicule.

Un des membres du gang, à l’aide de son arme, raconte l’infortuné, casse le pare-brise de la camionnette et contraint les occupants à descendre. « Nous serons ensuite dépouillés de tout ce que nous avions : les clefs et le dossier de la voiture, les frais de route et la somme de quarante mille dont j’étais porteur », raconte-t-il. Un coaster de l’agence audi frère transportant une quinzaine de passagers subira le même sort. Puis un gros porteur de l’agence Noblesse arrivé vers quatre heures va lui aussi passer à la trappe. Un voyageur, la cinquantaine sonnée est blessé au niveau du cou alors qu’il tente de s’enfuir à bord de sa Rav4.

En une quarantaine de minutes, les coupeurs de route passent les véhicules au peigne fin, se servant tranquillement sur le dos de la bête, avant de fondre dans la nature. Non sans emporter comme butin un mini bus, de l’argent, des téléphones et les bagages des passagers. Alertés, les éléments de maintien de l’ordre arriveront sur les lieux aux environs de 4h 30. Joint au téléphone par nos soins hier alors que nous allions sous presse, Essoa Eloa Gabriel, préfet du Haut Nkam a confié au Messager que les victimes sont en train d’être entendues. Et qu’une enquête est ouverte pour déterminer les coupables qui courent toujours. Selon une des victimes, il s’agirait d’éléments Bororo puisqu’ils s’exprimaient en fufuldé.

Il y a quelques mois, sept bandits armés de machettes et d’armes de fabrication artisanale avaient braqué deux cars de transport (Charter Voyages et Meri Lines), aux environs de 2h30 min, au tunnel de Bana, dans le département du Haut-Nkam. Les malfrats avaient coupé un arbre avec lequel ils ont barré la route. Bilan : plus d’un million de Fcfa et plusieurs téléphones portables emportés. Au cours de cette opération, le caporal-chef Pascal Ngallè, en service au Régiment artillerie sol-sol de Nkongsamba avait été grièvement blessé par les bandits. Les éléments de la Compagnie de gendarmerie de Bafang conduits par le chef d’escadron Denis Kuengue ainsi que les forces de police étaient immédiatement descendus sur les lieux après avoir été alertés par le maire de Banka, Bernard Djeuga. Malheureusement, les bandits, encore des sujets bororo, avaient déjà pris le large.

© B-P.D et Blanchard Bihel | Le Messager

Commentaires (1)

1. VESSA MOUSSA 06/12/2014

Vraiment nous allons nous en sortir dans ce pays ? et nous qui ne voyageons que dans la nuit !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau