Cameroun - Homosexualité: Adolphe Ayuk sodomise un mineur

La scène s'est déroulée au quartier Youpwe de Douala. Le présumé coupable a été déféré hier matin au Parquet du Tribunal de grande instance de Bonanjo.

L'homosexualité est désormais une réalité dans notre pays malgré l'homophobie d'Etat. Les faits se déroulent au quartier Youpwe dans l’arrondissement de Douala 2è. Adolphe Ayuk Takou, un jeune homme âgé de 24 ans est accusé d'avoir sodomisé un mineur de 13 ans début août courant. La victime est un vacancier, vendeur de friperie au marché Nkololoun. C'est dans l'exercice de cette «débrouillardise» qui est tombé dans la nasse d'Adolphe Ayuk.

Selon les informations recoupées, ce dernier se proposait d'acheter 10 des 13 tee-shirts mis en vente par le mineur. Pour se faire payer, le mineur devait se rendre en compagnie de son bourreau dans sa résidence sis Youpwe, l'ayant pas, selon lui, sur place de liquidité disponible. Adolphe Ayuk préparait pourtant par ce subterfuge son coup contre le mineur.

Sodomisé pendant 3 heures

Toujours selon nos sources, au lieu de payer les tee-shirts Adolphe Ayuk a plutôt conduit sa victime dans sa chambre à coucher qu'il ferma derrière lui. C'est à l'aide d'un poignard et de l'acide qu'il obligea l'enfant de 13 ans à se dévêtir. Il était alors environs 16 heures au moment des faits. Le bourreau pénétra par son anus l'adolescent pendant 3 heures durant, selon les témoignages recueillis. Après s'être assouvi, l'homosexuel raccompagna sa victime sans même payer son dû. Suites aux nombreux appels et Sms reçus par l'adolescent, ses proches s'interrogeaient sur ce comportement étrange.

31 jours d'incapacité

Le mineur sodomisé aurait sous la menace, promis à son violeur de lui présenter des personnes qui pourront subir un sort identique. Une plainte déposée par ses parents à la Brigade de recherches de Bonanjo, a déclenché une traque de plusieurs jours. Mais auparavant, le mineur avait été conduit dans un centre de santé pour examen médical. Les résultats ont révélés un anus fortement atteint et aux formes inhabituelles avec incapacité de 31 jours. Les limiers de la police ont finalement mis la main sur Adolphe Ayuk Takou le 9 août dernier. Il ne serait d'ailleurs pas à ses débuts. Il a avoué avoir eu des relations similaires dans un internat dans la localité de Muyuka, dans la région du sud-ouest. Il a été présenté hier matin au Parquet.

© GEORGES SEMEY | Ouest Littoral

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau