Cameroun/France - Homosexualité - Arnaque dans la pratique: Un travesti d'origine camerounaise condamné à paris

Cleopatra faisait chanter ses clients grâce à des sex-tapes. Le tribunal vient de condamner le maître chanteur à 4 ans et demi de prison ferme...

Homosexuel pede afrique mali bamako

CLEOPATRA de son nom de professionnel, ou encore «Georges Dior» nom par lequel il était populaire dans le milieu gay, était un maître chanteur. Le jeune homme de 26 ans était d'origine camerounaise. Il vendait ses charmes en se travestissant. Jusqu'ici rien de répréhensible en territoire français. Mais depuis quelques temps, il fait l'objet d'une procédure judiciaire initié par certains de ses clients. Ils lui reprochent de les faire chanter. Le tribunal correctionnel de Paris l'a déclaré coupable de chantage à l'encontre de huit de ses clients. Les délits retenus contre lui sont: - escroquerie et vol pour certains d'entre eux.

De toutes les victimes, seuls trois étaient parties civiles. Au moment du verdict, le tribunal l'a condamné, mercredi 11 décembre 2013 à cinq ans de prison, dont quatre ans et demi ferme. En effet, il faisait chanter des clients en brandissant la menace de diffuser les vidéos de leurs ébats. Le prévenu était un récidiviste qui avait déjà été condamné pour des faits similaires. Pour mettre en exécution son traquenard, il filmait ses ébats avec les victimes et par la suite, se présentait sur internet sous plusieurs pseudonymes comme «Cléopatra», pourtant il était connu dans le milieu gay sous le nom de «Georges Dior». C'est alors qu'il exigeait ensuite plusieurs milliers d'euros, sous peine de diffuser les vidéos et de les révéler à leurs proches et à leurs employeurs.

L'une de ses victimes, occupant un poste à responsabilités dans une banque, avait ainsi effectué plusieurs versements, pour un montant total de plus de 8 000 euros. Pis encore, ces victimes, disent qu'il les harcelait de coups de téléphone à n'importe quelle heure du jour et de la nuit ou SMS tels «5.000 euros, c’est mieux qu'un divorce ou une humiliation devant les collègues». Pour la magistrate du parquet, qui avait requis six ans ferme, les hommes victimes de ce mécanisme «se sont sentis coupables», y voyant «la marque de la perversité» du prévenu. Conséquence, Cléopatra menait grand train, entre soirées en boîte de nuit et cocaïne, recevait ses clients dans un appartement dans les quartiers chics de Paris ou sur la promenade des Anglais à Nice.

Ses victimes, dont il se servait «comme des guichets de banque» selon la magistrate, avaient toutes le même profil: des hommes de 40 à 50 ans, une situation sociale et financière intéressante», et «qui peuvent avoir une certaine fragilité psychologique». Prenant la parole pour sa défense, le prévenu ne s'est pas reconnu dans le portrait brossé par les experts, qui le décrivent comme «très narcissique», «manipulateur», hermétique «au processus de culpabilisation». Reconnaissant des «failles», il a exprimé ses regrets et présenté ses excuses.

Son avocat, Me Bienvenu Kanga, a rappelé le parcours chaotique de son client, arrivé en France à l'âge de huit ans, alors qu'il fuyait une répression sociale et judiciaire au Cameroun, où l'homosexualité est condamnée par la loi, mais aussi où la société est encore très homophobe. Une situation encore plus inacceptable pour lui qui se prostituait déjà en cachette dès ses 15 ans.

source: 20 Minutes

© Barthélemy Nzock | Aurore Plus

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau