Cameroun - Foumban: Une élève violée par son camarade

 Noël C.M., 13 ans et élève en classe de 5e, ne s'est pas encore remise du traumatisme causé par l'acte posé par son camarade du lycée.

femme-viole-1.jpg

Ce dernier, Donald Moungah, 16 ans et élève en classe de 3e, a abusé d'elle dans un coin isolé non loin de l'établissement. D'après la victime, son camarade l'a entraînée à la pause et, après son forfait, lui a intimé l'ordre de n'en parler à personne.

Revenue dans sa salle de classe, Noël C. M., rompt le silence sous le coup des douleurs et se confie à une de ses camarades, puis à l'administration de son établissement. Elle a été aussitôt conduite à l'hôpital de district de Foumban et son bourreau à la brigade de gendarmerie. 

 © Cameroon Tribune

Commentaires (1)

1. sergejesus 15/12/2013

Il ne faut pas non plus imaginer que l’abus sexuel, le viol, l’inceste, ne concerne que des minorités issues de milieux particulièrement défavorisés, évoluant dans le milieu de la prostitution, de l’alcool ou de la drogue. Il n’existe pas de milieu socio-économique prédisposant à ce type d’événement. Le traumatisme en s’ancrant dans le corps va donner naissance au symptôme. Un symptôme qui sera la seule expression de la sexualité une fois atteint l’âge adulte. La petite fille abusée va devenir une femme frigide, anaphrodisique, vaginique...
Un symptôme qui sera là pour bien marquer l’impossible accès à son propre corps de femme, au corps de l’autre. Un symptôme qui peut prendre différentes formes, mais qui ne sera jamais systématique ni reproductible en fonction de la nature de l’abus, de sa gravité apparente, ou de l’ancienneté des faits. Il sera certainement davantage fonction de son retentissement émotionnel et du fonctionnement psychologique de chacun.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau