Cameroun - Escroquerie : Une « call boxeuse » se fait extorqué sa recette et quatre téléphones portables à Bonabéri

callbox120410500.jpg

Elle est tombée entre les mains d’un pseudo gendarme qui a feint d’être un « dragueur ». Celui-ci lui dépossédé de sa recette ainsi que de 4 téléphone portable.

Nous sommes à Forêt-bar, un quartier de bonaberi. L’horloge affiche 15h30. Et l’ambiance du soir monte progressivement d’un cran. L’activité de call aussi. Marie l’une des revendeuses des crédits de communication et des minutes d’appel est abordée par un homme dont l’apparence physique ne lui suggère aucune méfiance. Selon les dires de la victime, cet homme s’est présenté comme un gendarme de retour d’une formation à l’étranger.

Il sollicite la jeune pour besoin de compagnie. Avec un discours mielleux et éloquence déconcertante, la fille tombe sans glisser. L’homme lui demande de trouver un lieu où, ils peuvent prendre un pot en toute tranquillité. C’est alors que la femme le conduit dans un snack-bar au lieu dit cimetière à près de 500m du lieu où les choses ont commencé.

Très vite l’amour se crée entre les deux au point où, ils ne trouvaient aucun souci à s’amouracher dans le dit snack. « Lorsqu’on les voyait, on se disait que c’était des amoureux qui se connaissaient très bien. Ils se changeaient les téléphones et tout ce qu’ils pouvaient » se souvient un témoin oculaire. Pendant qu’ils sont au snack bar, le monsieur commande sans payer d’avance deux malta Guinness et offre une bière à un monsieur qui devenait curieux lorsqu’il a eut dire que ce monsieur était un gendarme.

Le petit vendeur d’arachide qui passait par là a aussi servi des graines sans réclamer hie ed nune son argent, de peur de perturber les amoureux. Après ces moments de caresse de sa proie, l’escroc commence à devenir plus concret. Il demande à la femme de lui donner son sac et son téléphone parce que dit-il en douceur, il y aurait des malfrats dans le secteur. Chose dite chose faite. Le pseudo militaire se lève feignant un coup de fil.

Bien que marqué de près par la jeune femme, il parvient se dissimuler dans la foule avant de disparaître. Décontenancée, la dame retourne dans le snack-bar où elle a passé des moments roses empoisonnés peu avant. Là-bas, pendant qu’elle était harcelée et par le barman, et le vendeur d’arachide, elle demandait à son tour au monsieur à qui son « amoureux » a offert une bière de lui dire là où se trouve son complice.

Pendant que les différentes parties s’échauffaient, un vrai policier est arrivé et a réussi à les calmer avant de les conduire à la gendarmerie, où la femme a été relaxée plus tard dans son désespoir. L’escamoteur disparait ainsi avec la recette de trois jours de la « call boxeuse » ainsi qu’avec quatre téléphones portables et des cartes de crédits téléphoniques qui se trouvait tous, dans le sac emporté.

© Camer.be : Vivien Tonfack

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/06/2013