Cameroun: Enlevée à Logbaba et violée pendant 3 jours

Commissionnée par sa mère, Irène, 16 ans, a été assommée et transportée dans une brousse dans la nuit de lundi.

femme-viole-1.jpg

Traumatisée, la jeune fille peine à parler. Ses cris donnent le frisson et témoignent de l’horreur qu’elle a vécu. Des souvenirs qui ne cessent de la hanter depuis plusieurs jours qu’elle est internée à l’hôpital de la Cité des Palmiers. Irène P., 16 ans, élève en Seconde dans un collège de la place, a été enlevée au quartier Logbaba et violée par quatre individus en pleine brousse. Derrière la Léproserie de la Dibamba. C’est à cet endroit qu’un chasseur la retrouvera après qu’elle a passé 3 jours dans ce lieu quasi désert. Pieds et poings liés. Selon sa mère, qui a porté plainte contre inconnus au commissariat central n°2 de Logbaba, sa fille a été enlevée dans le même quartier, lieu dit « Plateau », le lundi 16 septembre dernier.

Il est 20h cette nuit-là lorsqu’elle envoie la petite lui effectuer un transfert de crédit de téléphone, pas très loin du domicile familial. Le temps passe et la mère s’inquiète de plus en plus. Aux environs de 21h, la famille patrouille les environs, en vain. Personne n’a vu Irène dans le coin, et à cette heure de la nuit, l’endroit est souvent désert. Ses amies et connaissances sont sans nouvelles d’elle jusqu’au lendemain matin. L’adolescente a laissé son téléphone à la maison et ne peut être jointe. La famille alerte alors la police, qui entame des recherches au quartier sans succès.

Après trois longs jours d’angoisse et d’anxiété, la mère de la disparue a été jointe au téléphone par un inconnu mercredi. Ce dernier dit l’avoir retrouvée derrière la Léproserie de la Dibamba, en pleine brousse. Ce sont ses cris et pleurs qui l’ont alerté. Epuisée et très mal en point, Irène sera conduite dans un centre de santé et transférée plus tard à la Cité des Palmiers par sa famille. Elle expliquera plus tard qu’elle a été assommée tout près de chez elle. Elle reprendra seulement connaissance dans la brousse. Pendant trois jours, elle sera violée par quatre inconnus jusqu'à ce mercredi soir.

© Josy MAUGER | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau