Cameroun : Deux ans de prison pour deux gendarmes

prison-1.jpg

Amougou Belinga et cie condamnés solidairement à une amende de 320000Fcfa pour dommage et intérêt à Alain Fogue.

L’affaire opposant Jean-Pierre Amougou Belinga et Alain Fogue Tedom et pendante devant le tribunal militaire depuis trois, a connu son verdict, mercredi, 30 avril 2013. A l’issue des délibérations, le tribunal a condamné deux gendarmes à deux ans de prison notamment pour absence aux audiences. Par ailleurs, le promoteur du groupe de presse L’Anecdote est condamné solidairement avec les autres accusés, à payer une amende de 320000Fcfa. Les faits connus par le tribunal militaire de Yaoundé dans cette affaire remontent au mois de juin 2010. En effet d’après les différentes dépositions devant le tribunal, le 09 juin 2010, Alain Fogue Tedom est convié à une rencontre au siège du groupe L’Anecdote au quartier Nsam à Yaoundé.

Au centre de l’échange entre l’enseignant à l’université de Yaoundé II et à l’Ecole d’Etat-major, et le président du groupe de presse, la défense des intérêts d’une communauté de la localité de Meyo non loin de Minkan, dans la périphérie de Yaoundé. Ici, Jean-Pierre Amougou Belinga compte exploiter à des fins industrielles, une source. Alain Fogue s’y oppose et par ricochet, ceux dont il défend les intérêts et qui vont ériger des barricades alors même que des transactions financières antérieures, ont été conclues.

Au terme de la rencontre, l’un des représentants de la communauté, Benjamin Ebanda, reçoit 500 000Fcfa des mains de M. Amougou Belinga. Réprobation d’Alain Fogue qui dira son désaccord. Face à l’agitation qui s’est suivie, l’enseignant est expulsé des locaux, aux dires de son contradicteur Jean-Pierre Amougou Belinga. Alain Fogue lui, soutient qu’il a été violemment agressé dans les locaux du groupe L’Anecdote.

C’est alors qu’il porte plainte. Il traine également en justice, le commandant de la brigade d’Odza, les gendarmes mis à la disposition du groupe L’Anecdote, M. Amougou Belinga, directeur du groupe L’Anecdote et autres pour tentative d’assassinat. D’après ses déclarations, il s’y est retrouvé à l’initiative de Jean-Pierre Amougou Belinga, directeur général du groupe de presse.

Invitation

L’invitation dans les locaux de ce groupe de presse découle de la volonté de l’enseignant de porter secours à un proche, Benjamin Ebana, gardé à vue à la brigade de gendarmerie d’Odza. «Vers 16h30, je me rends dans cette brigade en compagnie d’un avocat, Me Patris Tapchem. Y étant, nous apprenons que c’est à la demande du directeur général du groupe L’Anecdote, M. Amougou Belinga, que les gendarmes ont arrêté M. Ebana Benjamin au motif qu’il aurait barré une servitude abusivement tracée par Amougou Belinga».

Après plusieurs tentatives de conciliation, Alain Fogue indique que le commandant de brigade d’Odza décide de rentrer en contact avec Jean-Pierre Amougou Belinga. A l’issue de l’entretien téléphonique avec ce dernier, le commandant leur annonce qu’il arrive dans 10 minutes. Las d’attendre, l’enseignant et l’Avocat décident de s’en aller. C’est sur ces entrefaites que l’un des employés lui tend le téléphone au bout duquel se trouve Jean-Pierre Amougou Belinga.

Ce dernier, d’après les propos contenus dans la plainte, demande à son interlocuteur de le rejoindre dans ses bureaux à cause du trop plein de travail qui l’y retient, «pour un arrangement à l’amiable». Accompagnés du commandant de brigade et du gardé à vue, les quatre personnes se rendent au siège du groupe de l’Anecdote où ils sont reçus aux environs de 19 heures. Or, le certificat médical assorti de 15 jours d’incapacité, obtenu le même soir du 10 juin par Alain Fogue aura suscité des interrogations pendant les débats au tribunal. D’où le verdict de deux ans de prison pour les gendarmes et 320 000Fcfa d’amende solidaire pour tous les accusés.

© Mutations : Léger Ntiga

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau