Cameroun – Délinquance sexuelle : Il viole et enceinte sa fille

En fait, elle a fait une fugue en partant du domicile parental sis à Dibombari à Douala. Après avoir erré un bon bout dans la rue, elle tombe un jour sur des journalistes. Qui vont la mettre en contact avec l’Association la Colombe.

Femme africaine violee

Elle est réputée pour sa la lutte contre les violences sexuelles sous toutes ses formes et pour la protection des enfants, et condamne avec la dernière énergie de tels actes. La présidente de l’association indique dans un communiqué de presse que : «Le jeudi 23 avril 2015, notre association la Colombe est contactée par un média de la place pour nous mettre en contact avec la petite Mariama âgée de 14 ans qui a fait une fugue de la maison parentale.

Elle déclare avoir été victimes des violences physiques et sexuelles de la part de son géniteur». Saisie de cette affaire, l’Association la Colombe apporte son soutien à la victime. «Nous l’avons amenée à l’hôpital et après un texte de grossesse, il s’est avéré que la petite est enceinte. Quelques examens doivent encore être faits.» Comme l’indique Blanche, Mariama ne peut, du mois pour l’heure, être exposée aux médias. Elle n’a pas encore pu surmonter le traumatisme qu’elle aurait subi des années durant. Blanche raconte qu’à l’âge de 05 ans, «elle est abandonnée par sa mère -elle aussi fuyait les violences physiques de son conjoint-. Après le départ de cette dernière, celui-ci va s’installer avec sa fille dans une banlieue de la ville de Douala (Dibombari) avec sa fille.

Et depuis l’âge de 09 ans, elle a commencé à subir les violences sexuelles de la part de son père et à son refus elle reçoit des coups de fouet. Ce lundi 20 mars est la 3ème fugue de cette petite qui décide courageusement de mettre un terme à ces sévices que lui fait endurer son père.» Selon Mariama, elle est seule au monde, pas d’oncle, pas de tante, pas de grand parents, pas de cousins etc… «Son père ne lui avait jamais présenté à un seul membre de sa famille. Elle a besoin d’aide sous toutes ses formes. Elle n’a qu’une seule tenue avec elle depuis sa fugue», souligne la source. Le regret de Blanche Ongmessom est que le père est toujours en liberté. La justice tarde encore à ouvrir une enquête. Les services sociaux et l’association La Colombe ont pris soin de mettre Mariama dans un «endroit sûr».

© camer.be : Valgadine TONGA

Commentaires (1)

1. njoya 15/07/2015

Bjr la colombe j'aimerais savoir Kmen vous contacter svp j'attends vos ecrire

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau