Cameroun - Crime Rituel de Ngomedzap: Le cœur, le cerveau et les reins emportés

Alors qu'il travaillait dans sa cacaoyère, Anya Simon Pierre, paysan de son vivant a été tué à coups de machette et certains organes de son corps prélevés par ses exécuteurs.

Après la récente série noire des crimes rituels de Mimboman à Yaoundé, un nouveau cas a défrayé la chronique le 24 août 2013 à Akak Man Etam, un village de l'arrondissement de Ngomedzap, (région du centre). L'état du corps charcuté, les aveux des bourreaux et les organes prélevés sur le macchabée (reins, cœur et cerveau) ont mis ce village et ses environs en émoi. Pour un crime d'horreur, où se mêlent la magie noire et la cruauté de l'homme. «Nous ne parvenons même plus à bien dormir depuis cette journée fatidique» révèle, Edmond Atemengué Etoga, cousin du défunt, que La Météo a rencontré.

Le drame. En poste dans sa cacaoyère le 24 août 2013, Anya Simon Pierre est tué par trois individus venus travailler avec lui moyennant rémunération. Selon son cousin, le disparu n'avait aucun problème avec qui que ce soit au village. Il déclare que ce crime «rituel» s'est déroulé dans la matinée du 24 août entre 10 h et 11h. «Ils lui ont asséné trois coups de machette, au pied, à la main et au cou» regrette ce sexagénaire, dépassé par les événements. A l'en croire, Atangana Essomba Victor Serges, Nkoanga et Abega Ebodé Joseph, originaires de Ndinka Assie, village voisin seraient les auteurs «présumés». Alerté, une battue est organisée le 25 août, mais pendant qu'on cherche Anya Simon Pierre partout, Abega Ebodé et Nkoanga sont surpris devant la porte close du disparu.

Paniqué, Nkoanga s'enfuit et réveille les soupçons des villageois. Saisi et soumis à un interrogatoire digne de la Gestapo, il avoue: «nous avions tué Anya hier dans sa cacaoyère mais je ne suis pas seul». Après dénonciations, les trois compères sont arrêtés et déférés au Parquet de Mbalmayo. Crime rituel. Au regard des photos et déclarations d'Atemengue Etoga, le corps charcuté retrouvé le 25 août dernier dans sa cacaoyère est débarrassé du cerveau, des reins et du cœur.

Après recoupements, Anya Simon Pierre est une énième victime des réseaux des crimes rituels. Les organes prélevés (cœur, reins, cerveau, langue, parties génitales) sont utilisés par les adeptes des pouvoirs ésotériques. Ce qu'affirme Atemengué Etoga: «les tueurs ont essayé de téléphoner à un inconnu à qui ils devaient remettre un paquet très important, mais nous n'avons pas pu remonter ce coup de fil suspect». En attendant le verdict final du Parquet de Mbalmayo, les présumés suspects sont en liberté provisoire. Quant au corps, il a été inhumé.

© Elie Pagal | La Météo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau