Cameroun - Bafoussam: Il charcute ses enfants

Le bourreau tentait de faire revenir au foyer sa concubine. Natacha Gaëlle Ngakou (7ans), ne cesse de pousser des cris de douleurs, malgré l'anesthésie.

Dans la salle d'opération d'une clinique basée au carrefour Kamkop, une équipe de 3 médecins s'attelle à recoudre son oreille. «Nous avons déjà pu placer une quinzaine de points de sutures. Il nous en faut encore autant pour remettre l'oreille en place, en espérant qu'avec la grâce de Dieu, elle va se cicatriser en se recollant» explique le chirurgien en chef. L'oreille gauche de cette fillette a été aux 3/4 découpé par son père. Franck William Ngakou (4ans) cadet de Natacha Gaëlle, est aussi sous sédatifs. Il à la bouche fendue jusqu'au menton. Sur ces 2 enfants, on retrouve des traces de couteau un peu partout sur le visage et sur le cou. «C'est leur père même qui a essayé de tuer ses propres enfants cette nuit» explique Jeannette Mekue, la mère des enfants.

D'après ses explications, l'incident est intervenu à l'aube hier dimanche 12 janvier 2014 au quartier Keleu à Bafoussam 3e. Azize Souleymane qui est né il y a 46 ans à Foumban, a vécu maritalement avec Jeannette Mekue pendant une quinzaine d'années. De leur union, sont nés 5 enfants parmi lesquels des jumeaux. La compagne explique qu'elle s'est résolue à quitter son compagnon, lorsqu'elle a constaté qu'il abusait sexuellement de ses filles. «Dès que j'ai vu qu'il le faisait régulièrement, et comme je savais qu'il était violent, je n'ai pas réagi. J'ai attendu qu'il soit absent et je suis parti de la maison pour retourner chez mes parents», confie toute éplorée, la mère des enfants charcutés.

Azize Souleymane, n'ayant pas pu convaincre sa compagne de regagner le domicile conjugal, a débarqué de bonne heure, et armé d'un poignard, il a menacé de mettre fins aux jours des enfants si sa compagne ne consentait pas à regagner le domicile conjugal. Face à l'intransigeance de cette dernière, il a commencé à lancer des coups de couteaux sur les enfants pendant que les autres membres de la famille présents, s'évertuaient à l'éloigner des enfants. Dès que les enfants seront mis hors de portée de leur bourreau de père, ce dernier a pris la fuite. Les éléments de la brigade de gendarmerie de Kena où une plainte a été déposée, recherchent encore le bourreau.

© Honoré Feukouo | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau