CAMEROUN - AVORTEMENT : TRAHIE PAR UN MÉDICAMENT

medicament-femme1.jpg

C’est grâce à une boîte de Misoprostol trouvée dans le sac à main de sa fiancée, que Pascal Kaze a pris connaissance d’un avortement commis par Virginie Nanga. Un avortement commis par Virginie Nanga, 27 ans, est dévoilé par la présence d’une boite de Misoprostol dans son sac à main, le vendredi 09 août 2013, au quartier Nyalla à Douala. La découverte est faite par son fiancé, Pascal Kaze, âgé de 41 ans : « Je suis arrivé à la maison à 20h30 ce jour-là. C’est par hasard que je suis tombé sur cette boîte de médicaments.

Elle est sortie du sac que j’avais maladroitement renversé en déplaçant la table de repassage », raconte-t-il. Pendant ce temps, Virginie se trouvait sous la douche. Elle prend un bain que Pascal trouve inhabituellement long. Le médicament n’est pas accompagné d’une notice. A sa sortie de la douche Pascal confond sa compagne. Il la trouve évasive et n’insiste pas tout de suite.

Le lendemain matin, Pascal va se renseigner auprès d’un pharmacien. Il comprend que Virginie aurait provoqué une interruption volontaire de grossesse à son insu. Il retourne immédiatement à la maison. Pascal exige une consultation gynécologique pour connaître la vérité. Elle avoue l’avortement, mais maintient que la grossesse était de lui. « Je n’ai que 27 ans et nous avons déjà un enfant âgé d’un an. J’ai parlé du planning familial à mon fiancé.

Il ne veut rien entendre. Le connaissant, je sais qu’il n’aurait pas approuvé un avortement. Pourtant, il fallait le faire. Je veux qu’il me comprenne et me pardonne », nous a-t-elle déclaré. Pascal menace de rompre les fiançailles et de renoncer au mariage pourtant prévu pour décembre 2013. Il se sent trahi. Il dit avoir perdu ce qui restait de sa confiance envers Virginie. « Je me demande même déjà si le petit Alexandre est vraiment mon fils », s’est interrogé Pascal en présence de quelques amis et membres de la famille venus s’enquérir de la situation. Pour sa part, Virginie continue de clamer son amour et sa fidélité envers son fiancé avec qui elle vit depuis trois ans.

© Le Jour : Noël Jean Fogang

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau