Bonabéri: Un homme d'affaires assassiné

Bonabéri: Un homme d'affaires assassiné Issa Bello, 49 ans, abattu a bout portant dans la nuit de mercredi alors qu'il rentrait chez lui.

La communauté musulmane est sous le choc. Un de ses fils, Issa Bello, âgé de 49 ans, a été tué à Bonabéri dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon son frère aîné, El Hadj Relounou, grand Conseiller à la Communauté urbaine de Douala, Issa Bello a succombé à une blessure grave aux environs de 2h du matin jeudi à l'hôpital Laquintinie. Toujours d'après lui, c'est mercredi vers 21h qu'il voit son frère pour la dernière fois.

Cette nuit, ils regardent un match de Champions League Fc ensemble chez lui, au lieu dit Ngangue à New Bell. Issa Bello, homme d'affaires et gérant de la gare de Sodiko à Bonabéri, reçoit un coup de fil. Il est question qu'il retrouve certaines personnes à Bonabéri, où il possède une seconde résidence. Au téléphone, le rendez-vous est donc pris: Issa arrivera après le match. A la fin de la partie, il prend donc la route au volant de sa Rav4.

Arrivé chez lui à Bonabéri, il klaxonne devant le portail pour que le gardien lui ouvre. Mais deux jeunes hommes surgissent de nulle part et l'interpellent. Selon le gardien et une dame qui se trouvait à proximité, une petite discussion a éclaté entre les trois hommes. Issa Bello se sentant menacé, aurait demandé aux deux compères ce qu'ils lui voulaient à la vue de l'arme. «La voiture ou l’argent?», aurait-il demandé, se disant prêt à leur donner les deux.

Pour toute réponse l’un des inconnus, muni d’une arme à feu, lui tirera une balle au niveau du cœur. Les deux hommes prennent ensuite les deux téléphones portables et la mallette de leur victime, puis s'enfuient dans la nuit noire. Entre-temps, des voisins sont alertés par le gardien et la dame. Deux personnes conduisent d'abord Issa Bello à l'hôpital de district de Bonassama. Les médecins ne peuvent rien faire. La victime sera transportée à l'hôpital Laquintinie, où elle succombera quelques instants plus tard. «Issa Bello est mort d'une hémorragie interne. Il saignait du nez, de la bouche et des oreilles», explique El Hadj Relouanou, la voix enrouée. Le défunt a été enterré à 7h hier matin, au cimetière du Bois des Singes. Il laisse une jeune femme et quatre enfants. Une enquête est ouverte à la Police judiciaire à Bonanjo.

© Josy MAUGER | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau