Au Ghana, des prostituées mécontentes du rapatriement des ouvriers chinois

La décision des autorités ghanéennes de rapatrier des chinois qui s’adonnent illégalement à l’extraction minière dans le pays n’est du goût des prostituées qui craignent de faire faillite.

prostitue-1.jpg

Si la mesure de reconduction des coupables dans leur pays d’origine est unanimement saluée par les ghanéens, du coté de certaines prostituées à Accra, la décision ne fait pas l’unanimité. De ce fait, elles demandent aux autorités de tolérer ces étrangers à certaines conditions au risques de ruiner leur ‘‘entreprise’’. Ces expatriés aiment faire leur vie dans les grandes villes du pays telles qu’Accra, Kumasi, Cape Coast, Takoradi.

En se souciant du devenir de leur activité, certaines travailleuses de sexe ont révélé que leur métier a pris de l’essor avec les chinois car ils payent bien et sont généreux contrairement à leurs frères ghanéens. En termes de revenus financiers, une jeune dame anonyme qui se plait avec son métier de sexe dira qu’une nuit de courte durée de relation sexuelle est facturée entre 60 et 100 Ghana cedis soit une somme d’environ 15 à 20.000 F Cfa, Elle a précisé que s’il s’agit des chinois, ils payent entre 200 et 300 Ghana cedis, soit une somme allant de 50 à 75.000 F Cfa.

En expliquant cette différence par rapport à leur tarif standard du marché, une autre dame travailleuse de sexe a fait savoir que les chinois ne demandent pas de rabais pour le service dont ils vont jouir. Devant le fait accompli, c’est-à-dire le rapatriement des chinois et de certains africains qui violent la loi ghanéenne en matière d’exploitation minière qui est interdite aux étrangers vivant aux Ghana, les prostituées ont fait une suggestion. En plus de la protection de l’environnement dont elles se disent conscientes, les filles de joie proposent aux autorités compétentes qu’une autre condition soit imposée au séjour des chinois dans le pays de sorte qu’elles puissent continuer par leur offrir leur service afin de pour survivre et réaliser un gain.

Pour le rapatriement, KOACI.COM a appris que 269 expatriés dont 218 chinois et 51 nigériens ont été rapatriés vers leur pays respectif d’origine. Enfin, quant à la crainte d’une détérioration des relations sino-ghanéennes en raison du renvoi des expatriés qui violent les lois ghanéennes, le gouvernement ghanéen par la voix de Murtala Mohammed, le vice-ministre de l’Information et des Relations avec les médias, a déclaré que les relations diplomatiques entre les deux pays restent intactes malgré le brouhaha qu’engendre l’expulsion des mineurs chinois illégaux.

@ Koaci.com

Commentaires (1)

1. sarah (site web) 13/11/2013

Quand vos confrères n'auront pas de travail à cause de ses chinois ,vous parlerez moins. Vous êtes des égoïstes qui regardent que vos intérêts

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/06/2013