Adultère à Nkongsamba : Nico alias Petit Piment surprend son meilleur ami dans les bras de ses deux épouses

Les faits continuent de défrayer la chronique au quartier Ekanté à Nkongsamba où ils se sont produits. De quoi s’agit-il ? Une amitié qui vole en éclats, pourrait-on dire.

Nkongsamba 467x350

En effet, la solide relation affective qui liait Nico et André, deux conducteurs de moto taxi, ne devrait pas sortir indemne de ce travers par trop libidineux. Nos sources nous soufflent que Nico aurait surpris son ami en pleine orgie avec ses deux épouses,Minkonda. et Bimbia. Nico, à qui, l’on avait parlé de l’affaire, a toujours balayé d’un revers de la main, ne croyant son ami intime, marié, lui aussi, à une charmante femme, puisse ainsi bafouer leur amitié. Pour Nico, le voisinage délateur ne pouvait qu’être jaloux de leur amitié, pour penser aussi bas. «Avec une seule de mes épouses, j’aurais pu comprendre, mais avec les deux, franchement, les gens exagèrent», ne cessait-il de répéter à ceux qui attiraient son attention sur l’attitude de son ami.

La rumeur, têtue, prenait de l’ampleur et Nico,dut se rendre à l’évidence et, finalement, décida, blessé dans son amour propre, de tendre un piège à son ami et à ses deux épouses. Ainsi, un matin, part-il trouver son ami et l’informa d’un voyage urgent d’une semaine qu’il devait entreprendre le même jour à Mbalmayo, précisément à Ngallan, un village du département du Nyong et So’o dans la région du Centre.

Ses épouses également informées, il prépare ses bagages et s’en va. Mais ce que les trois tourtereaux ignoraient, c’est que le cocu, une fois hors de vue, ne fit que se planquer non loin des lieux, après avoir pris la diligence de poster une sentinelle dans les parages qui l’informait des moindres faits et gestes de ses épouses. C’est ainsi que son informateur lui apprit, la nuit tombée, que son ami avait rallié sa baraque.

Rappliquant ventre à terre, il prit le temps de constater que la porte de sa maison était fermée. Mais, il put en croire ses oreilles qui captaient les gémissements de plaisir de ses deux épouses qui, comble de traitrise, le traitaient de tous les noms. Ne voulant pas en croire qu’à ses oreilles, d’un bon coup de pied bien ajusté, il fracassa la porte en bois de la baraque. Le spectacle qui s’offrit alors à ses yeux en ravirait de réalisme à n’importe quel film X.

Nu comme un ver, son ami était couché entre ses deux épouses, également en tenue d’Eve. La surprise fait son effet. Pris de honte, les amoureux prennent la tangente, laissant derrière eux le pauvre cocu dans le chagrin. L’affaire alimente encore les débats à Nkongsamba où l’on pronostique dans les buvettes et les gargottes, sans oublier les marchés sur l’avenir de l’amitié et du mariage du pauvre Nico.

Yolande Tankeu/ Camer.be

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau