TRAGÉDIE : UN CAMION FOU SÈME LA MORT À NDOKOTI :

Accident cameroun011014300Le porte-conteneurs a perdu ses freins à la descente du tunnel. A une heure de grande affluence. A l’origine de la tragédie, un camion semi-remorque, transportant un conteneur, qui aurait perdu le contrôle de son engin, selon des témoins, s’est mis à dévaler la descente vers le tunnel à cet endroit que d’aucuns qualifient de véritable piège pour les usagers de la route. A cette heure de la tombée de la nuit, les embouteillages sont à leur comble.

Dans sa course folle, l’engin a trainé toutes les motos qui se trouvaient sur son passage, pour aller finalement se stabiliser au niveau du tunnel Ndokoti, calé finalement par les nombreuses motos qui bloquent ses roues, à une cinquantaine de mètres, selon les témoins. Chris Tobbie, le reporter de Equinoxe télévision qui était parmi les premiers reporters à arriver sur les lieux, a rapporté qu’une trentaine de minutes après le choc, deux corps étaient encore coincés sous le camion.

Mais les éléments des forces de l’ordre qui tentaient tant bien que mal de contrer la foule et de calmer les esprits surchauffés, estiment que plusieurs blessés transportés dans les différents établissements hospitaliers avoisinent une dizaine, «dans un état extrêmement critique. Sans compter d’autres blessés que l’engin a fauchés dans sa course folle».

La foule furieuse, a tenté d’incendier «le camion de malheur», n’eut été l’intervention des sapeurs-pompiers.

Le préfet du Wouri, Naseri Paul Bea, accompagné des autorités administratives et des forces de maintien de l’ordre du département, est descendu sur le terrain pour évaluer la situation. Une quinzaine de motos broyées par le camion a été enlevée pour être parquée au commissariat central n°2 de Douala à Logbaba. On ignore le sort des occupants de ces motos. Les premières informations indexent la vétusté du camion dont le système de freinage a lâché subitement.

Toute la soirée d’hier, la circulation était paralysée dans cette partie de la capitale économique. Ndokoti étant le point de passage obligé pour rallier plusieurs quartiers populeux de la ville. Le véritable bilan est encore à établir. Une enquête est ouverte pour comprendre les circonstances de la tragédie.

© La Nouvelle Expression : David Nouwou

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau