Crime passionnel : pour une affaire de femme, un homme se donne la mort en se tirant une balle dans la poitrine

Après avoir blessé grièvement son rival à l’aide d’un fusil de chasse, il met un terme à sa vie.

arme-1.jpg

C’est à la veille de la célébration de la fête de noël de l’an 2002, au village Barré-Mbem, dans l’arrondissement de Barré-Bakem, département du Moungo, que Marguerite W perd son époux, avec qui elle a eu 5 enfants. Après le deuil, la veuve va rencontrer Isidore Penka, chasseur de profession, qui la prend comme épouse et l’amène du coté d’Ekontolo, dans l’arrondissement de Lonako où ils vivront ensemble. Après onze années de vie commune, leur amour commencera à battre de l'aile. D’après Jean P, voisin de Marguerite : « elle a passé des moments difficiles avec son compagnon, elle a de temps en temps subi des bastonnades de la part de son époux. Il lui avait même interdit d’aller dans sa plantation ». Difficile alors pour la pauvre femme de supporter tous ces sévices. C’est ainsi que le 8 janvier 2013, elle décide de quitter Isidore Penka pour embrasser son voisin le plus proche, le nommé Emmanuel Feutcheu, agriculteur à Ekontolo.

Selon un autre témoin, Isidore Penka n’aura plus la conscience tranquille, lui qui voyait désormais sa dulcinée dans les bras d’un autre. Le 4 avril 2013, l’histoire a finalement tourné au drame, lorsque Isidore Penka voit passer devant sa maison son rival et sa tendre moitié en direction de leur plantation. Il fait un quart de tour dans sa chambre, se saisit de son fusil de chasse et le suit. Une fois dans la plantation, raconte Marguerite W, « il a tiré à bout portant sur son rival Emmanuel Feutcheu. Atteint au bras gauche, il va s’écrouler. Le croyant mort, Isidore Penka a tourné le canon de son arme contre lui, s’est tiré une balle dans la poitrine et a rendu l’âme sur le coup ». Marguerite W, qui suivait la scène, lancera un cri alertant les riverains. Une fois ceux-ci sur les lieux du crime, Emmanuel Feutcheu sera transporté d’urgence au centre médical d’arrondissement d’Ebonè, où le docteur Édouard Essomba et son équipe réussiront à retirer quelques balles du bras, avant de le conduire par la suite à l’hôpital protestant de Ndoungué, où il a été admis en soins intensifs. Informés, les éléments de la brigade de gendarmerie d’Ebonè ont effectué une descente sur les lieux du crime. Après constat, la dépouille d’Isidore Penka a été gardée à l’hôpital régional de Nkongsamba.

© Armand Djaleu | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau