CAMEROUN - OMBESSA : ELLE TUE SON MARI POUR UNE DOT NON VERSÉE

tueur.jpg

Le bonheur ne se trouve toujours pas dans la maison du voisin. Pour ne l’avoir pas compris, Cécile a fait assassiner un homme qui l’aimait et qu’elle aura du mal à oublier du fond de son cachot.

Charles Mankala dans sa 38eme année, a été prématurément arraché à la vie en ce début d’année 2013. l’auteur de cet acte macabre n’est autre que la mère de ses deux enfants respectivement âgés de huit et cinq ans. les faits crapuleux remontent au mois de janvier dernier à Ombessa une ville paisible du Mbam et Inoubou.

Charles Mankala et Cécile vivaient en couple. la démarche pour le mariage coutumier était engagée. Tout se passait pour le mieux au sein du couple jusqu’au jour où, après une altercation au sujet d’une calebasse, la dame fera une fugue d’une semaine et se la coulera douce à bafia. De retour de son escapade, Charles Mankala demande à la mère de ses enfants de s’expliquer sur les motifs réels de son attitude irrévérencieuse. « est-ce- que tu m’as dotée ? » répondra- t-elle avec un mépris que seules savent faire montre les épouses infidèles.

lassé des engueulades répétées de la dévergondée, il la renvoie pour aller réfléchir sur son comportement susceptible de mettre à mal la pérennité de leur couple, et compromettre l’éducation de leur progéniture. Quelle ne fut sa surprise lorsque, au milieu de la nuit, Cécile regagne le domicile conjugal et mande au mari de lui ouvrir la porte pour récupérer ses effets vestimentaires.

Lorsque le mari s’exécute, il est loin de s’imaginer que Cécile est revenue avec des individus armés de gourdin avec le but de lui faire payer sa décision. Une chaude empoignade s’en suivra, sous le regard médusé de l’ainé des garçons qui s’est réveillé entre temps. le rapport de force tourne tout de suite en faveur des assaillants. Ceuxci réussiront à lui assener un coup de gourdin, qui sera fatal pour lui.

Au moment où nous nous mettions sous presse, ces présumés assassins courent toujours. Pour combien de temps ? la gendarmerie est à leurs trousses aidée par les villageois. Quant à commanditaire, elle médite son sort dans une cellule de la brigade d’Ombessa, en attendant d’être déferrée devant le Tribunal pour répondre de ses actes. les obsèques du regretté Charles Mankala ont eu lieu le dimanche 03 février 2013 dans son village natal atterré par le sort cruel qui a été réservé à son fils par une femme qu’il avait pourtant tant aimée.

© Le Courrier : Dim Fangounda

Commentaires (2)

1. Alan DEMASSE (site web) 14/03/2013

Repose en paix grand frère, et que tes enfants grandissent tout simplement sous la conduite du tout puissant, notre père. Amen.

2. alain serge 04/04/2013

Je crois qu'il vaudra mieux à un moment comme à un autre,que hommes et femmes ne cohabitent plus.Parce qu'il est regrettable qu'on perde la vie de par la personne auprès de laquelle on a fait le choix de passer le reste de notre existence.De pareilles actes dépassent l'entendement.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau