Cameroun - Incendie : Un mort et trois maisons consumées à Douala

Le feu s’est déclaré dans la nuit de mardi dernier au quartier Akwa suite au retour brusque de l’énergie électrique.

incendie-1.jpg

Tout a brulé. Sur le lieu de ce qui était encore il y a quelques heures une concession familiale composée de trois maisons, il ne reste que des lattes et des tôles noircies par le feu. A côté, les membres de la famille sont assis à même le sol. Le regard perdu, ils regardent ce qui reste de leur concession familiale construite en matériaux provisoires. Une tristesse encore plus grande avec le décès du doyen de la famille, Samuel Penda, né en 1920. Agé de 93 ans, il a péri dans les flammes. Il n’a pas eu assez de force pour quitter la maison alors en proie aux flammes. Ce d’autant plus que les membres de cette famille ont été surpris dans leur sommeil par les flammes, quelques temps après le retour de l’énergie électrique.

D’après les victimes, il y a eu coupure du courant électrique dans la nuit de mardi 09 avril 2013. Ayant attendu en vain le retour du courant électrique, les membres de cette famille sont partis se coucher. «Quelques temps après, vers 23h30, le courant électrique est revenu. Suite à cela, alors que nous étions déjà couchés, nous avons été surpris par les flammes qui avaient déjà envahi la maison», explique l’une des victimes. Dans la précipitation, l’urgence était de sortir de la maison en flammes. L’arrivée des sapeurs-pompiers près de trente minutes plus tard n’y fera rien. Toute la concession familiale va brûler avec à l’intérieur, Samuel Penda. Aucun document ni aucun objet ne sera sauvé.

Des dix personnes qui se retrouvent désormais sans abris, on dénombre six élèves dont une en classe de Terminale qui devait passer les épreuves sportives du Baccalauréat hier matin. A en croire l’une des victimes, les parents de la jeune fille sont allés voir le responsable de l’établissement où fréquente cette dernière afin qu’elle puisse passer cette épreuve sportive sans carte d’identité scolaire ni tenue de sport. Le tout ayant disparu dans l’incendie. Les cinq autres élèves du primaire ne sont pas allés à l’école. Jusqu’au moment où nous quittions le lieu du drame, la famille attendait encore les éléments du Corps national des sapeurs-pompiers qui, disent-ils, devaient venir enlever le corps du défunt. Quant aux victimes, ils disent devoir trouver refuge chez les membres de la famille ou des amis.

© Mutations : Blaise Djouokep

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau