Cameroun - Accident : Huit morts au large de Limbé

clandestin121208250.jpg

Une embarcation transportant 16.250 litres de carburants de contrebande et mouillant vers Cap Cameroun a pris feu en mer.

Huit personnes sont mortes suite à l'incendie qui s'est déclaré dans une embarcation de fortune au large de Limbé dans la région du Sud-Ouest le 31 mars 2013. L'incident s'est produit autour de 19 heures, à moins de 7 miles nautiques de la zone continentale vers Débunsha. Les flammes étaient insupportables, à en croire une survivante. Le bateau en feu avait à son bord des fûts de carburants ainsi que 14 passagers, tous de nationalité nigériane. Sans balise de détresse et en l'absence de tout autre bateau sur cette ligne maritime, tous les occupants de l'embarcation se sont jetés à l'eau. « Nous avons survécu grâce à Dieu et aux gilets de sauvetage », a confié un témoin qui a perdu son fils de 12 ans dans l'accident.

Le bilan de l'incendie est lourd : huit morts dont cinq enfants. Quatre des cinq adolescents étaient issus d'une même mère, Grace Okon Emma. Sans compter les 65 fûts de 250 litres chacun, soit 16,25 tonnes de carburants, partis en fumée.

De source sécuritaire, les victimes faisaient partie d'une bande de contrebandiers qui acheminaient leur cargaison sur Cap Cameroun. Le feu s'est déclaré au moment où un technicien à bord essayait de dépanner un des moteurs en haute mer. Entre 19 heures dimanche 31 mars et lundi 04 avril au petit matin, les contrebandiers en détresse n'ont été ni repérés ni secourus. Tout comme les flammes n'ont pas attiré l'attention des forces de sécurité camerounaises chargées de la surveillance des eaux maritimes. C'est donc plusieurs jours après que le drame a été découvert. « Les contrebandiers ne voulaient pas rapporter l'incident aux autorités par peur des représailles », a indiqué une source policière à Limbé.

Les incendies de bateaux transportant du carburant de contrebande sont légion au large des côtes camerounaises. Les pêcheurs illégaux chinois, les chalutiers camerounais et les contrebandiers de plusieurs nationalités sont mpliqués dans le trafic des carburants en provenance du Nigéria. Les carburants en question sont soit achetés sur le marché noir au sud-est du Nigéria, soit obtenus auprès des sociétés pétrolières en mer, « au titre de l'impôt de sécurité ».

© Le Jour : Denis Nkwebo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau