Yaounde: Le commissariat de Mimboman ouvre bientôt

yaounde2.jpg

La délocalisation du commissariat est fortement attendue à Mimboman, un quartier de l’arrondissement de Yaoundé IV. Des jours après l’assassinat de sept jeunes filles selon les chiffres officiels, les habitants de cette localité vivent avec la peur au ventre.

Peur de sortir à partir de 19h et même de rentrer tard chez soi. Pour preuve, ce jeudi soir, le quartier est dans le noir. Quelques personnes sont visibles devant des habitations. Mais au fur et à mesure qu’on arpente la voie poussiéreuse et accidentée conduisant vers « Mimboman école », les silhouettes se raréfient. Les motos-taxis aussi.

« A partir de 20h, déclare un riverain, on ne sort plus. Il y a que les gros bras dehors. Vous voulez qu’on fasse comment ? Nous avons peur des assassins. En plus, le manque d’électricité aggrave notre situation. S’il y avait au moins une gendarmerie ou un commissariat à côté, on pourrait au moins dormir tranquille», regrette-t-il.

Ce n’est plus qu’une affaire de jours, rassure-t-on à la préfecture du Mfoundi. Les procédures de délocalisation du commissariat de Nkolmesseng sont actuellement en cours de finalisation. Les locaux ont déjà été trouvés non loin de Mimboman école, ajoute Yampem Ousmanou, sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé IV. Ceux-ci nécessitaient quelques aménagements, mais le gros du travail a déjà été fait.

Dans quelques jours, les habitants dormiront sous l’œil vigilant des éléments de la police. Tout comme ceux du quartier Biteng dans le même secteur, où il annonce l’ouverture imminente du commissariat du 20e arrondissement. Au sujet de cette délocalisation, précisent les autorités, il ne faudrait surtout pas penser que le quartier Nkolmesseng sera à la merci des brigands. Un poste de police restera à la place occupée par l’actuel commissariat et le quartier Mimboman aura des éléments propres à lui. Et pour la petite histoire, assure notre informateur, le commissariat installé à Nkolmesseng appartenait au départ à Mimboman et c’est faute de locaux qu’il avait été délocalisé.

Avec sa ré-installation, c’est une nouvelle page qui s’ouvrira dans ce quartier. Notamment avec le train de mesures annoncées par les autorités pour sécuriser le coin : réaménagement des routes, installation de l’éclairage public et viabilisation des espaces inoccupés. Les victimes des meurtres ayant été retrouvées dans des chantiers abandonnés ou sur des terrains vagues, Gilbert Tsimi Evouna, délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé a demandé aux propriétaires des lots communaux non mis en valeur et des chantiers inachevés du quartier Mimboman de se mettre en règle. Ceux qui ne se seront pas exécutés dans les trois prochains mois, risquent de se voir dépossédés de leurs propriétés.

© Elise ZIEMINE | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau