WIKILEAKS : Quand Motaze tire à boulet rouge sur le régime Biya

Les propos du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, tenu lors de son premier passage à ce poste, sont rapportés par l’ancienne ambassadrice américaine au Cameroun, Janet Garvey, dans un câble diplomatique.

Louis Paul Motaze est à son deuxième séjour comme ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat). Il a occupé ce poste de 2007 à 2011 avant d’y revenir le 02 octobre 2015. Il y a 6 ans, il s’était laissé aller à quelques déclarations surprenantes pour un pilier de la politique économique du régime. Ses propos sont révélés par un câble diplomatique américain daté du 05 juin 2009. Un discours un peu désobligeant vis à vis du régime Biya qu’il avait tenu devant l’ambassadrice américaine au Cameroun, Janet Garvey, et qui gagne à être rappelé.

Recensement de la population bloqué par Paul Biya Le ministre Motaze estimait avoir « achevé son travail qui n’attendait plus que l’approbation du chef de l’Etat ». Il révélait que la présidence de la République rechignait à publier les résultats parce que certaines informations avaient été « manipulées par les élites ». Plusieurs années après, les résultats de ce recensement de la population restent un secret d’Etat.

Accusations contre le Minfi et autres sur le dossier Camair-Co Le Minepat est apparu confiant au sujet de l’existence d’un marché pour cette compagnie en dépit d’un environnement mondial difficile. Il militait néanmoins pour l’implication d’une société privée américaine du nom de « Lion Air » dans le lancement de la nouvelle Camair-Co. Il fait état de ce que certaines autorités l’ont vivement combattu sur ce dossier le soupçonnant d’avoir des accointances avec la société « Lion Air ».A l’instar du ministre des Finances (Minfi) de l’époque qu’il dénonce explicitement en déclarant qu’il a refusé de signer le contrat de « Lion Air».

Sous-consommation des budgets, études des projets bâclées Louis Paul Motaze était très inquiet de la « piètre exécution du budget », surtout au niveau de l’investissement. Il a dénoncé les lenteurs dans les grands projets d’infrastructures en raison des très nombreuses études dont certaines sont bâclées. Il a estimé « dangereux » de laisser certains projets à l’instar de l’usine énergétique de Kribi soient laissés à la merci du secteur privé.

Mauvaise orientation générale de l’économie camerounaise M. Motaze s’est montré inquiet voire angoissé par l’absence de croissance ou la faible croissance. Il estime alors que l’orientation de l’économie s’attarde sur le développement du secteur social au détriment de l’investissement et de la création d’emplois. Il soutient que trois secteurs doivent faire l’objet d’une attention soutenue : l’agriculture, le développement des infrastructures et l’amélioration du climat des affaires.

Camer.be

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau