VIRUS ZIKA : Le Cameroun en état d’alerte

L’Oms fait de cette épidémie une urgence internationale.

L e ministre André Mama Fouda a réuni les journalistes le 4 février 2016 dans la salle de conférences de son département ministériel pour annoncer les mesures sanitaires à prendre pour préserver le Cameroun des ravages de cette épidémie qui touche déjà 25 pays dans le monde. C’était en présence du docteur Jean-Baptiste Roungou de l’Oms -l’Organisation mondiale de la santé.

La lance

Le 1er février 2016, l’Oms a réuni à huis clos son Comité d’urgence par rapport à l’épidémie du virus zika qui constitue «une urgence de santé publique de portée mondiale ». En fait, la maladie à virus zika est une virose émergente due à un virus transmis à l’être humain par piqûre d’un moustique infecté du même type de moustique qui transmet le chikungunya, la dengue et la fièvre jaune. Jusqu’alors, on ne sait pas encore grand-chose sur le virus. Selon l’Oms, l’on manque de connaissances sur les caractéristiques épidémiologiques du virus. Ce virus a été identifié pour la première fois chez l’homme dans les années 1950, et des flambées sont survenues en Afrique, en Asie, dans le Pacifique et plus récemment dans les Amériques. Au 26 janvier 2016, 21 pays et territoires des Amériques ont signalé une transmission locale du virus Zika. En 2007, Libreville - la capitale gabonaise, a connu une épidémie concomitante de dengue, de chikungunya et de zika.

Blindage

Il appartenait donc au ministre André Mama Fouda de la Santé publique de se mobiliser rapidement pour sensibiliser les populations sur cette autre épidémie. Non pas pour inquiéter, mais pour apporter la meilleure protection aux Camerounais. Surtout que les femmes enceintes sont de plus en plus touchées, et que les enfants qui naissent des mères ayant été infectées par le virus zika pendant la grossesse, viennent au monde avec un crâne de petite taille et ont un retard du développement du cerveau. Bon à savoir, la meilleure prévention contre ces moustiques et leurs gîtes larvaires consiste à se protéger contre les piqûres en portant des vêtements couvrants, en installant des moustiquaires, et en évitant de laisser des récipients contenant de l’eau stagnante.

Pour ce qui est des symptômes, la plupart des sujets atteints présentent une fièvre légère et une éruption cutanée, parfois accompagnées d’une conjonctivite, de douleurs musculaires et articulaires et de fatigue, renseigne l’Oms. Symptômes qui peuvent être traités avec les médicaments courants contre la douleur et la fièvre, du repos et beaucoup d’eau. S’ils s’aggravent, il faut consulter un médecin.

© Sans D�tour : Gabriel AMBOMO

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau