Vers une session cruciale du Parlement camerounais

L’Assemblée nationale du Cameroun a été convoquée en session ordinaire pour le 10 mars prochain, au terme d’un arrêté publié lundi soir par le président de la Chambre basse, Cavaye Yeguie Djibril.

Dans la logique de concomitance qui caractérise le Parlement camerounais, le Sénat devrait également se réunir à la même date et ce pour un mois.

Si, dans la pratique, cette première session de l’année est généralement marquée par le renouvellement des bureaux des deux Chambres, le contexte politique oblige à penser que les élus pourraient être appelés à plancher sur des projets de textes gouvernementaux décisifs pour la vie du pays.

Le Parlement se réunit en effet au moment où plusieurs élites, mais surtout des dignitaires du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) organisent force meetings et rédigent des centaines de motions invitant leur président national et non moins chef de l’Etat, Paul Biya, à anticiper le scrutin présidentiel et à se porter candidat.

De sources introduites prêtent ainsi à l’Exécutif l’intention de faire modifier la Constitution avec, comme principales innovations la réduction du mandant présidentiel de 7 à 5 ans, la création d’un poste de vice-président de la République mais également l’abaissement de l’âge de vote de 20 à 18 ans.

S’agissant de l’élection présidentielle, normalement prévue en 2018, les mêmes sources l’annoncent pour octobre de l’année en cours.

Signature : APA

Copyright : © APA

Star Africa

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau