UN MALADE MENTAL SODOMISÉ À NKONGSAMBA

nkongsamba160711300-1.jpgLa victime est internée à l’hôpital régional de Nkongsamba depuis trois jours où, il attend de subir une opération chirurgicale.  

La nouvelle est sur toutes les lèvres dans la ville de Nkongsamba. Dans les bars dancing, les marchés, tous les coins de regroupement des personnes, on ne parle que de ça. Même l’actualité autour des élections législatives et municipales n’a pas pu faire ombrage à ce fait divers qui défraie la chronique dans la ville capitale du département du Moungo depuis plusieurs jours.  

En effet, Bernard, un malade mentale a été sodomisé par un inconnu dans la nuit de vendredi à samedi dans un carrefour non loin du quartier administratif de la ville de Nkongsamba. Selon des informations recueillies au près des riverains qui ont fait la macabre découverte, ce malade mental a été retrouvé très tôt dans la matinée de samedi dans un état comateux et baignant dans une marre de sang. Son «palasus rectum » ou encore son anus était tout ressorti et pendait à l’extérieur. Conduit à l’hôpital de Nkongsamba, il a été admis au service de chirurgie où il est interné jusqu’à nos jours. Malgré la bonne foi des médecins de ce service qui lui administrent des soins au quotidien, cette partie de son appareil digestif demeure à l’extérieur de son abdomen malgré tous les efforts faits. «Bernard est arrivée ici dimanche dans un état critique.  

Tout son anus était ressorti. On a cherché à remettre ça à l’intérieur après une anesthésie générale mais, on n’a pas pu. Le médecin chef a fait savoir qu’on va plutôt procéder à une opération pour remettre ça à l’intérieur. Car, c’est tout son anus qui est ressorti», déclare une infirmière en service au département de chirurgie à l’hôpital régional de Nkongsamba. Cette dernière maudit d’ailleurs les acteurs de ce genre de pratique. «Que Dieu punisse ceux qui posent ce genre d’acte. Ils vont payer cher. Ils entrent dans la sorcellerie et sacrifient les enfants des autres pour cela. On va leur remettre ça au centuple. Qui sème le vent récolte la tempête.» déclare-t-elle affligée.  

Au pavillon chirurgie de l’hôpital régional de Nkongsamba, Bernard est interné dans la salle 3, lit B. Il est seul dans sa chambre abandonné à lui-même. Aucun membre de sa famille n’est à son chevet. Pourtant, selon des informations, sa famille habiterait au «carrefour Jean 23» du «quartier11bis » de la ville de Nkongsamba. Seuls des commerçants du marché central de cette ville et les infirmiers lui rendent visite.

  Opération chirurgicale  

Bien que seul sur son lit et recouvert d’un drap pas trop hygiénique qui protège son anus ressorti des mouches, Bernard, le malade mental est sous perfusion. Sur l’étagère qui jouxte son lit, on retrouve plusieurs bouteilles d’eaux minérales, de la banane douce, quelques gâteaux et des fruits. «Ces aliments sont déposés par des commerçants et des âmes de bonnes volontés qui passent par là», déclare une infirmière.  

Pas très affecté par ce qu’il a subit. Bernard balbutie quelques mots sen langue Medumba, sa langue maternelle. Il dit à tous ceux qui lui rendent visite que c’est un certain Johny Walker, qui lui a fait ça. D’après des témoignages, la victime était une proie facile pour les adeptes de cette pratique. A maintes reprises, on a vu des grosses cylindrées venir le déposer au marché aux environs de quatre heures du matin.  

Pour l’instant Bernard est encore souffrant à l’hôpital où il attend d’être opéré. Selon une indiscrétion médicale, il faut plusieurs centaines de milles pour faire cette opération. Les commerçants affectés par cet acte ignoble qu’ils maudissent ont initié une quête pour faciliter cette opération chirurgicale. Ils prient d’ailleurs que cela se passe bien et que Bernard recouvre la guérison. Car, il était très utile pour eux. Il vidait les poubelles et balayait tout le marché pour des pièces de 50 voire 100 fcfa. Ils demandent d’ailleurs que les auteurs de cette pratique soient arrêtés et punis conformément à la loi. D’après ces commerçants, les adeptes de cette pratique sont nombreux dans la ville de Nkongsamba. Ils font savoir qu’il y a deux ans, ils ont tués « Sendé », un autre malade mental de la même manière en le sodomisant.

© La Nouvelle Expression : Hervé Villard Njiélé

Commentaires (1)

1. yansa fabrice 08/10/2013

sincerement si vous ne faite rien dans cette ville je pense que la jeunesse viendra ce faire enttendre car si vous ces acteurs de pratique bidons j'attrape un seul vraiment il saura que je present dans ma ville ou j'ai tout obtenus.
population de NKONGSAMBA taché de mettre tout en oeuvre afin de traquer ces sorcier qui pilles et detruisent notre belle ville car ils sont a la chasse du pouvoir.
jeunes ne vous laissé pas seduir par leur miettes apellé a la coutumé ARGENT car meme cela ils ne possede pas car s'ils en possedaient ils devrais faire mieu et redorer le blazon de cette belle ville alors je vous pries de les tracquer et foutre en tolles pourqoui les mettre sous quatres planche
VOUS CES ACTEURS DIEU EST PRESENT MAIS SACHER QUE VORTE JOUR ARRIVE ET EN CE MOMENT CE VOILE NOIR SERA HOTER EN CE MOMENT VOUS SORREZ COMMENT SA FAIT DE SODOMISER UN HUMAIN.

QUE DIEU BENISSE CETTE VILLE

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/10/2013