Troisième opérateur de téléphonie mobile: TSI écarté pour informations mensongères

L’entreprise vietnamienne a déboursé 20 milliards de FCFA pour obtenir la licence 3 G au Cameroun. Le 10 décembre dernier, Viettel Cameroon Sarl a décroché devant bahrti Airtel Maroc Telecom et Korean Telecom la première licence 3 G du pays devenant ainsi le troisième opérateur de téléphonie mobile au Cameroun. Selon le ministère des postes et télécommunication, Viettel a déboursé 20 milliards de FCFA pour décrocher le précieux sésame. Ce choix du Minpostel a un peu surpris ceux qui s'attendaient à voir l'indien Airtel ou encore Maroc Telecom obtenir cette licence.

Qui est donc cette inconnue du marché africain qui a pu devancer les géants qui ont pignon sur rue en Afrique? Qui est Viettel Cameroun Sarl? Viettel Sarl est la filiale du groupe Viettel, opérateur public des télécommunications au Vietnam. Cette compagnie gérée par le ministère vietnamienne de la défense est le premier groupe du pays dans le secteur des télécommunications. Avec prés de 60 millions d'abonnés, ses opérateurs couvrent actuellement six marchés d'Asie (Cambodge et Laos), d'Amérique latine (Haït et Pérou).

En Afrique la compagnie est présente dans un seul pays: le Mozambique, où elle est actionnaire majoritaire de Movitel, troisième opérateur de téléphonie mobile du pays installé en mai 2012. Movitel vise deux millions d'abonnés à la fin de cette année 2012. Le groupe vietnamien nourrit des ambitions pour le marché africain. Notamment au Kenya qui semble être sa prochaine cible. D'après Nguyên Manh Hùng, Directeur général adjoint de Viettel, le groupe vise 500 millions d'abonnés dans dix pays en 2015 et un milliards d'abonnés en 2020. Le revenu total de Viettel en 2011 était d'après son Dg, de 6 milliards de dollars Us. Dans un entretien accordé au Dayly News en Tanzanie en juillet dernier, le Directeur général du groupe Viettel; Nguyen Duy Tho avait indiqué que la «couverture mobile n'atteint en moyenne que 60 % de la population africaine et principalement dans les zones urbaines. Seulement 20% des Africains vivant en zone rurale ont accès au signal mobile. L'Afrique est un marché au potentiel immense».

De même, indiquait-il, «la pénétration du haut débit en Afrique subsaharienne reste faible, environ 2% dans les zones urbaines et 1% dans les zones rurales». Toute chose que son groupe veut inverser à travers ses investissements. Un potentiel qui n'est pas du goût de TSi qui a saisi le Ministre en charge des marchés publics en vue d'annuler l'appel d'offre du 10 décembre dernier attribuant la licence de téléphonie mobile à Viettel Cameroun Sarl. L'opposition de TSI L'entreprise Technologie et Système d'Information (TSI), récente candidate de l'appel d'offre restreint en vue de l'acquisition de la troisième licence de téléphonie mobile, a déposé vendredi 14 décembre 2012, un recours auprès du ministère des marchés publics et des autres autorités compétentes, en annulation de l'adjudication qui a été faite au profit du groupe vietnamien Viettel. «La loi sur les marchés publics, nous donne le choix de nous opposer à une décision que je peux qualifier d'injuste», a expliqué Samuel Nono, le représentant de TSI/KT au Cameroun.

Toujours selon le recourant, les motivations avancées par le ministre en charge des postes et télécommunications, indiquant que le groupe vietnamien avait formulé la meilleure offre sont de loin la vérité. «Si les offres de Viettel sont celles données par le Ministre dans son, interview à la radio, alors ils n'avaient pas la meilleure offre. Avec nos partenaires (KT), nous avons proposé et n'importe qui peut le vérifier, 45 milliards de FCFA pou l'achat de licence et un peu plus de 350 milliards d'investissements. En outre j'estime à la limite que c'est une insulte d'arriver à une situation où on veut faire croire que Korea Telecom n'a pas pu s'offrir plus que 20 milliards de FCFA pour acquérir une licence de mobile.

C'est vraiment dommage», a ajouté Monsieur Nono. Des investigations bien menées nous amènent à questionner le soi disant partenariat entre TSI et Koea Telecom. En effet de sources bien introduites au sein de la commission chargée d'analyser les offres, l'entreprise de droit camerounais TSI n'aurait pas produit les éléments prouvant le partenariat avec Korea Télécom de manière incontestable. Plus grave encore, la commission a pris connaissance de la lettre que l'Ambassadeur de la république de Corée au Cameroun a adressé au Ministre des postes et télécommunications pour lui notifier que le Groupe Korea Telecom (KT), cité par TSI comme partenaire, ne s'est jamais associé avec ledit partenaire.

Au Comité interministériel, l'on assure que le processus de désignation de Viettel comme adjucataire de la 3eme licence de téléphonie mobile a respecté les exigences en la matière. Cet opérateur s'est imposé face à deux concurrents dont les offres techniques ont obtenu des notes insuffisantes qui les ont éliminés. Les investissements à réaliser vont lui permettre de couvrir 81% du territoire camerounais. D'après la direction de Viettel tout en lorgnant le marché Kenyan, le plan de développement de cet opérateur qui brasse près de 300 milliards de FCFA table sur 500 millions d'abonnés dans 10 pays en 2015 en envisage d'atteindre le cap de un milliard en 2020.

Rédaction de Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/12/2012