Tribunal Criminel Spécial: Inoni, Mebara,…devant la barre le 20 février

Inoni Ephraïm et Cie: La première audience annoncée le 20 février 2013

C’est ce mercredi 30 janvier 2013, que les coaccusés et leurs conseils ont été convoqués devant le président du Tribunal criminel spécial pour connaître leur premier jour de comparution devant cette juridiction.

13 jours, après que l’instruction a été bouclée devant le juge d’instruction près le Tribunal criminel spécial (Tcs), l’ex-Premier ministre Inoni Ephraïm, l’ex Secrétaire général à la présidence de la République (Sgpr) Jean-Marie Atangana Mebara et le directeur général adjoint d’Aircraft portfolio management (Apm) ont été reçus hier 30 janvier 2013, par le président du Tcs Yap Abdou, pour être informés de leur première date de comparution devant cette juridiction. Mercredi 20 février 2013, aura lieu leur première audience devant le Tcs.

Ils doivent répondre des faits de détournement en coaction de la somme de 287 400 000 Fcfa. Somme concernant un marché de gré-a-gré attribué par le ministre des Transports à l’époque des faits John Beguini Ndeh à Apm, dont Otelé Essomba est directeur adjoint. Il est donc reproché à Otélé Essomba et Inoni Ephraïm d’avoir perçu cette somme en violation de la réglementation régissant les marchés publics au Cameroun. En effet, Apm courant 2003, a obtenu un marché de 287 400 000 F Cfa au ministère des Transport sous John B. Ndeh, pour auditer les contrats de location des avions de la Camair.

L’audit a été conduit et a permis au gouvernement camerounais de constater qu’Yves Michel Fotso, alors Dg de la Camair, surfacturait les locations. Il n’empêche, la Justice estime que ce contrat avait été obtenu de «gré à gré» donc, illégalement. Selon certaines sources, John B. Ndeh avait obtenu un accord du Premier ministre, la seule autorité habilitée à autoriser un gré à gré. Quant à Jean-Marie Atangana Mebara, ex Sgpr, la Justice a estimé qu’il était mêlé à l’affaire, car il était la plus haute autorité, au-dessus du Premier ministre, a avoir autorisée que ce marché de gré-a-gré pourtant interdit par la loi Camerounaise soit conclu entre les deux parties.

Dès le 20 février donc, les débats seront ouverts devant le Tcs, débats à l’issue desquels, il sera établi si oui ou non, les faits qui leur sont reprochés sont avérés. Ceci décidera alors de leur culpabilité ou pas. Eventuellement, de leurs condamnations ou de leurs relaxations. Il est à préciser que l’ex Sgpr purge encore sa peine de 15 ans d’emprisonnement, écopé devant le Tribunal de grande instance de Yaoundé, centre administratif. Inoni Ephraïm quant à lui, est en détention préventive depuis à peu près 10 mois. Otelé Essomba, qui croyait s’en tirer à si bon compte mais qui était encore gardé en détention pour les « besoins de la justice », poursuivra sa détention, mais plus comme « un témoin important » mais, comme coaccusé de ses deux compères.

© Florette MANEDONG | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau