Trésorerie Générale de Yaoundé: L'épouse de Mbia Enguene en fuite

Bouleversée par l'arrestation inattendue de son illustre mari jusqu'à la confirmation de son mandat de détention préventive à la Prison Centrale de Kondengui, Mme Mbia née Belibi Chantal, deuxième épouse de l'ex TPG, occupant le poste de Chef de Service de la Dépense dans le même service, ne séjournerait plus au Cameroun.

Selon des sources dignes de foi, on l'aurait aperçue pour la dernière fois au niveau du Secrétariat d'Etat à la Gendarmerie lors des différents interrogatoires de son mari avant son transfert pour la Prison de Kondengui. Depuis ce jour, cette dame serait portée disparue, une fuite qui confirme sa complicité corps et âme dans cette grave affaire de détournement des deniers publics à la Trésorerie Générale de Yaoundé.

Il est à noter que Mbia Enguene, l’homme fort de Ntui, était décidé à concentrer les milliards de l'Etat camerounais en plaçant ses deux épouses dans les prestigieuses caisses de la Trésorerie Générale et du Ministère de la Défense, où sa première femme occupe le poste de Chef d'Agence Comptable. Le dernier voyage du Chef de l'Etat en France, invité par François Hollande, aurait été l'oiseau de mauvais augure pour l'originaire de Ntui où un patrimoine immobilier estimé à des milliards de nos FCFA appartenant à Mbia Enguene, ex TPG du Centre, aurait été présenté au Chef de l'Etat dont le but pour les informateurs était de lui faire savoir que l'atteinte à la fortune publique continue de ravager son administration.

Anecdote

On dit souvent : «dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es», le produit d'Abah Abah Polycarpe, nommé TPG alors qu'il n'avait pas de cursus louable, avait positionné ses épouses tout comme l'avait fait Abah Abah pour sa femme Meva'a Carole, épouse Abah Abah, en la nommant Contrôleur Financier au MINPOSTEL, où elle aurait participé au détournement de 20 milliards dans les marchés fictifs avec Mounchipou Seidou. Au final, comme dans le même épisode, Madame Abah Abah avait pris la fuite vers I’Europe en simulant un malaise qui lui permit une évacuation sanitaire ordonnée par le Procureur Général du Centre de l'époque, Oyono Abah, frère ainé d'Abah Abah Polycarpe. Les dispositions sécuritaires devraient être prises pour empêcher les épouses des eperviables de s'échapper des mailles de la justice, puisque plusieurs seraient impliquées dans ces détournements.

© René NOUNGANG | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau