TITUS EDZOA FACE À LA PRESSE CE SAMEDI: «J’AI ÉTÉ SÉQUESTRÉ ET NON EMPRISONNÉ». «JE SUIS ENTRÉ EN PRISON AVEC 62 KG ET J’EN SORS AVEC LES MÊMES 62 KG

Cinq jours après sa libération, Titus Edzoa a invité les hommes et femmes de médias pour une conférence de presse ce matin samedi 1er mars 2014. L’événement se tient en ce moment dans son ranch au quartier Nsimbock à Yaoundé.

 

Titus edzoa 1

 

Pendant le jeu de questions-réponses, l’ex-secrétaire général de la présidence de la république est revenu sur les conditions de son incarcération au Sed et son avenir professionnel et politique.

Evoquant sa détention qui a duré 17 ans à la suite de sa condamnation pour détournement de dernier public, Titus Edzoa qui continue à clamer son innocence, a fait savoir aux journalistes, que durant ce temps, il n’était pas emprisonné, mais séquestré pendant 17 ans « parce que j’ai été tenu à l’écart même des membres de ma famille. Je ne recevais aucune visite » a- t-il expliqué.

Nonobstant ces conditions draconiennes de détention, Il a fait savoir qu’il a su tenir la route sans gros incident sur sa santé. « Quand j’entrais en prison il ya 17 ans, je pesais 62 kg, et à ma sortie, quand je suis monté sur une balance, je me suis rendu compte que je pèse toujours 62 kg. Donc, je suis un homme en bonne santé » a- t-il indiqué. 6666666 Ses interlocuteurs l’ont aussi amené à se prononcer sur l’alternance au pouvoir qui est plus que jamais d’actualité au Cameroun. A la question : Paul Biya est-il encore l’homme de la situation ? l’ex ministre de la santé estime qu’il revient à la jeune génération de prendre ses responsabilité.« Qui suis-je pour dire oui ou non s’il est encore l’homme de la situation. C’est à la jeunesse de ce pays de répondre à cette question ».

A propos de son avenir professionnel et politique, Titus Edzao a fait savoir qu’il aspirait d’abord à se reposer. «Je vais me reposer et on verra après. J’ai démissionné il ya 17 ans du gouvernement, mais je n’ai pas démissionné du Rdpc… Je ne suis intéressé par aucun poste pour l’instant. Il y a mille façon d’être utile à la Nation » a-t-il déclaré avant de rappeler qu’il est et demeure médecin de formation. « Je suis professeur de médecine, chirurgien. Quand j’étais en prison, j’ai continué à exercer. Je vais continuer à exercer cette profession là…»

Il a à cette occasion, insisté sur le fait qu’il ne nourrissait aucune rancune contre «ceux qui m’ont injustement séquestré pendant 17 ans».

Cameroon infos.net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau