Tirs contre le cortège de Paul Biya: Des demandes d'explication à la Garde Présidentielle - Le capitaine Nnoko Divine doit s’expliquer

defile06.jpg

A la suite des coups de feu tirés lors du passage du chef de lʼEtat dimanche dernier, Etoundi Nsoé, le commandant du corps, a adressé une demande dʼexplication au commandant du groupement de la 11é compagnie. Après la mise aux arrêts du caporal Donald Abena Meba Klam, le commandant de la garde présidentielle, Etoundi Nsoé, veut en savoir plus. Les premières sanctions, bien que conservatoires, sont tombées, en attendant les décisions finales.

Le commandant de la 11eme compagnie, le capitaine Nnoko Divine, et tout son état-major, ont reçu du commandant du corps une demande dʼexplication. Ceux-ci devraient faire un compte rendu des faits devant permettre dʼétablir les responsabilités des uns et des autres. Lʼheure nʼest pas à la sérénité dans les rangs des éléments de la garde présidentielle. Après la rafale tirée sur le cortège présidentiel par le caporal Donald Abena Meba Klam, les avis restent partagés. Mais les conséquences de cet acte promettent dʼêtre lourdes, selon une source militaire. « Un accident peut toujours se produire.

Un élément en pleine sa course peut déclencher accidentellement la sécurité de son arme. En conséquence, au moindre chatouillement du doigt sur la gâchette, la rafale part », xplique-t-il. Mais ceci ne saurait eonérer les soldats responsables de ce genre dʼincident, continue notre source. « Les éléments de la garde présidentielle, qui est une unité dʼélite, sont formés pour éviter de tels incidents.

Le moindre écart technique vaut une sanction. Puisque nous sommes dans lʼarmée et quʼil faut rassembler tous les indices nécessaires, à la manifestation de la vérité, personne, sʼil est coupable dʼune faute, nʼéchappera à la sanction, du haut gradé au subalterne, parce quʼil sʼagit de la sécurité du chef de lʼEtat.

Ils passeront devant le tribunal militaire pour sʼexpliquer », ajoute t-il. Cʼest un incident de plus que doit gérer le colonel Etoundi Nsoé, commandant de la garde présidentielle que lʼon dit victime de sabotage. Selon une source qui a requis lʼanonymat, il a reçu des Sms de menace de mort. «A la veille de la visite du président Equato-guinéen Téodoro Obiang Nguema Mbasogo, le commandant a reçu des Sms de menaces de mort.

Une enquête est ouverte, elle a permis lʼinterpellation des auteurs de ces messages, qui ont été mis aux arrêts» confie notre source. Pour rappel, dimanche, 23 décembre 2012, après la remise des trophées Le caporal Donald Abena Meba Klam, a tiréune rafale sur le cortège du chef de lʼEtat.

© Moïse Moundi | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/01/2013