SUISSE: LE PRÉSIDENT PAUL BIYA EST-IL VRAIMENT MALADE ?

Selon plusieurs sources, Paul Biya,81 ans, serait sous traitement à Genève, dans un état stationnaire, pour une fatigue généralisée.Jusqu'ici la présidence camerounaise est muette.

Paul

Si les médias camerounais n'ont pas encore levé en partie le secret médical de leur chef d'Etat,ce sont des sources genévoises qui font état de cette situation. Pourquoi nos dirigeants présents à Genève font-ils de la maladie du chef de l'Etat camerounais des secrets d'Etat ? Veulent-ils passer pour des surhommes - comme si leur félicité financière entraînait ipso facto une santé de fer. Certes, ils ont les moyens de s'offrir les meilleurs médecins du monde mais ils sont humains comme vous et moi et de plus, la maladie ne choisit pas en fonction de la fortune qui elle va affecter.

Nous déplorons simplement le fait que ces hommes politiques ne construisent pas d'hôpitaux dignes de ce nom pour que le peuple puisse se soigner dans de bonnes conditions ; ce qui ferait qu'ils se fassent soigner chez eux car les occidentaux se soignent chez eux, dans leur pays respectif et non chez les autres. Vous n'avez pas oublié l'épisode de l'hospitalisation de Nelson mandela à Johannesbourg en Afrique du Sud. Ils n'ont pas honte, nos hommes politiques au Cameroun. Le fait que nos hommes politiques se font soigner l'étranger est un aveu sur la qualité médiocre de nos hôpitaux. selon les spécialistes des questions africaines, Biya, doyen des chefs d'Etat de l'Afrique centrale, ne sera sans doute plus jamais en état de gouverner son pays, en tout cas pas avec la même autorité.

Selon une source médicale proche des autorités médicales genevoises, le président camerounais alternerait les phases de conscience et d'inconscience. Il souffrirait d'une fatigue prolongée accompagnée de métastases, maladie quasiment incurable lorsqu'elle est à un stade avancée. Côté génévois, on se montre cependant très prudent. Un diplomate de haut rang confirmant simplement un état de santé « détérioré ». A Genève, Paul Biya continue après sa convalescence des 26, 27 et 28 août dernier à se reposer. On ne l'a plus aperçu au bord du lac Leeman comme il en avait l'habitude de se balader lors de ses récents séjours.

Après Houphouet Boigny de Côte d’Ivoire, Gnassingbé Eyadéma du Togo, un autre "doyen" des chefs d’Etat est sans doute en voie de prendre sa retraite définitive. Reste à savoir si à l’inverse de ses deux homologues, Biya saura quitter le pouvoir, de son vivant et permettre une transition douce dans son pays. C’est le moment en tout cas d’y penser. Sauf s’il se met à l’idée que le pouvoir moderne, comme celui traditionnel, est un don de Dieu qui s’exerce à vie. En tout cas, une période d’incertitudes s’ouvre pour le Cameroun, ce pays qui, en 32 ans, n’a connu qu’un seul dirigeant : Paul Biya.

© Camer.be/  Micheline Messi

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau