Sommet extraordinaire de la CEEAC: Le chef de l'Etat représenté à N'Djamena

C’est au nom du président de la République, Paul Biya, que le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), Edgard Alain Mebe Ngo'o, a pris part le vendredi 21 décembre 2012, au sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique Centrale (Ceeac) Les travaux présidés par Idriss Deby Itno, président de la République du Tchad et président en exercice de la Ceeac, avaient un point à l'ordre du jour: l'examen de la situation qui prévaut en République Centrafricaine. Selon le communiqué final publié par le secrétariat général de la Ceeac, les chefs d'Etat et de délégation présents dans la capitale tchadienne se sont félicités de la tenue de ce sommet qui répond «aux dispositions pertinentes du Pacte d'Assistance Mutuelle» entre les pays-membres de la Ceeac, notamment de son article 3 qui stipule que «les Etats-membres de la Ceeac s'engagent à se prêter mutuellement aide et assistance pour leur défense contre toute menace d'agression ou toute agression armée».

Le communiqué final a donné lieu à cinq recommandations, au rang desquelles: l'exclusion de toute option militaire comme solution de règlement à la crise centrafricaine; la cessation immédiate des hostilités, des violations des droits de l'homme et le retrait des rebelles à leur position de départ dans un délai n'excédant pas une semaine; la constitution de toute urgence d'une force d'interposition de la MICOPAX (Mission de consolidation de la paix en Centrafrique NDLR) comprenant les éléments de la MICOPAXI et ceux de la compagnie tchadienne déployée à Si-but; l'ouverture sans délai des négociations à Libreville au Gabon, sous la conduite du comité de suivi, présidés par la République du Congo, pour revisiter l'Accord de Libreville de 2008 ainsi que les conclusions et recommandations du Dialogue inclusif de 2010, A cet effet, il a été expressément demandé à la MICOPAX de prendre les dispositions pour assurer la participation des chefs de mouvement rebelles à ces négociations élargies à l'opposition démocratique...

© Jean Francis BELIBI | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau