Senatoriales - Manœuvre: Achat de vote à Nkongsamba

Des consignes de vote ont été données aux conseillers municipaux du « parti du flambeau » sur le lieu du vote : « Tout votant qui présentera le bulletin de vote de l’Undp recevra une prime », confie un conseiller à ses collègues du parti dès l’entame du scrutin dimanche 14 avril 2013 au lycée technique.

Lycée technique de Nkongsamba ce 14 avril 2013, jour des sénatoriales. Dans les bureaux de vote, l’attirail complet de circonstance est de mise: isoloir, encrier, bulletins de vote, urnes transparentes, etc. Les éclats de voix ne manquent pas : un grand électeur du Rdpc qui n’a pu retirer sa carte de vote à temps et qui s’est vu refuser le droit de vote crie à tue-tête sa détermination à créer un scandale. « Si je ne vote pas, je vais faire du bruit. J’appellerai la presse pour qu’elle soit témoin du désordre que je vais créer ici. Il est hors de question qu’on me dise que parce que je n’ai pas retiré ma carte à temps, je n’ai pas le droit de voter. Je dois aussi prendre les cinquante mille qu’on donne à tous les électeurs », menace ce grand conseiller du « parti du flambeau ».

Arrivé alors qu’il était pratiquement 10 heures et quelques minutes, le conseiller Rdpc de la commune de Nkongsamba Ier s’est vu interdire le droit de vote. « Vous ne pouvez pas voter. Parce que vous n’avez pas de carte d’électeur. Ce n’est pas parce que vous avez une carte d’identité nationale et que vous êtes conseiller municipal que vous allez croire que tout est permis. Veuillez attendre que le chef d’antenne Elecam se penche sur votre cas. Lui seul sait la conduite à tenir. Mais en attendant sortez de la salle », lui a sèchement déclaré le président du bureau de vote n°A60 du centre de vote du Moungo logé dans l’enceinte du lycée technique de Nkongsamba.

Une situation qui a failli dégénérer. Avant que Jean Pierre Eyidi, chef d’antenne Elecam dans le Moungo, ne daigne finalement trouver une issue favorable à la querelle. Pour le conseiller Rdpc, « le plus important pour moi, c’est l’argent qu’on va nous donner après le vote. Sinon je n’aurai pas effectué le déplacement. Je suis sûr que mon vote ne changera rien du tout parce que je suis persuadé que nous allons gagner. Puisque nous n’avons pas d’adversaire devant nous », croit-il mordicus. Sentiment partagé par la quasi-totalité des grands électeurs du « parti du flambeau ». Qui, dès l’ouverture des 4 bureaux de vote (A60, B60, C60, D57, E60 et E59) se sont bousculés aux portillons. Au point où à 13 heures, près d’un tiers des 356 votants attendus avaient déjà accompli leur devoir citoyen en introduisant un bulletin de vote dans l’urne. Outre ce conseiller municipal Rdpc, certains électeurs n’ont pu rentrer en possession de leur carte d’électeur que le jour-J.

Une situation qui, selon le chef d’antenne Elecam du Moungo, peut s’expliquer. Vous savez que malgré tout le ramdam médiatique qui a été fait tout autour et le déploiement tous azimuts des démembrements d’Elecam sur l’ensemble du triangle national, certains électeurs sont restés à la traîne. C’est une habitude qui est camerounaise », constate-t-il pour le déplorer. Selon nombre de conseillers municipaux du parti au pouvoir, la victoire est acquise. « Nous tenons tout simplement à saluer les uns et les autres qui ont travaillé à ce que nous ayons une consultation qui s’est passée dans le calme et la transparence

. Maintenant, nous attendons les résultats des urnes. Il ne sert à rien de crier victoire avant la fin du match. Même si nous avons la conviction d’avoir remporté le scrutin », déclare El Hadj Oumarou, maire de Nkongsamba 1er qui se veut prudent au moment où certains observateurs créditent le Rdpc d’un bon score. Corruption « Les consignes ont été claires. Celui qui parvient à sortir de la salle avec un bulletin de vote de l’Undp sait où se diriger pour entrer en possession de son dû. » Ces propos glanés au lieu de vote par le reporter du Messager traduisent à suffire les stratagèmes mis sur pied par le parti du flambeau dans le Moungo pour « battre à plate couture » l’Undp en compétition pour les sénatoriales dans le Littoral. On apprend alors qu’après le vote, les électeurs du parti du flambeau se sont retrouvés à la maison du parti pour « la suite ».

Blaise-Pascal Dassié/ Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau