Sénatoriales - Jubilation: Le SDF en liesse à Ngaoundéré

Des candidats sénateurs et militants du Social democratic front (Sdf) n'ont pas retenu leur joie après les dépouillements des urnes.

Joie populaire et jubilations sporadiques au lycée classique et moderne de Ngaoundéré. Il est à peine 18h30 ce 14 avril 2013, jour d'élections des sénateurs. Les dépouillements se poursuivent encore dans l'un des bureaux de vote. Contre toute attente, Siroma Aboubakar, candidat titulaire du Sdf aux sénatoriales 2013 est porté en triomphe par ses camarades. La meute d'éléments de la police déployée sur les lieux a d'abord cru à un soulèvement. Mais il n'en a rien été.

Une ceinture de sécurité est tout de même improvisée afin de contenir la fougue des manifestants surexcités. "Power to you", "allah est grand", "on a gagné"... Ce sont là des refrains entonnés dimanche dans la cour de l'unique centre de vote de Ngaoundéré. Les scènes de jubilation se sont étendues jusqu'à la base régionale du parti de John Fru Ndi sise au quartier Tongo.

Les candidats sénateurs qui ont pris la peine de recenser l'ensemble des résultats d'autres départements se sont barricadés, laissant une partie de militants dans l'impatience extrême. Certains, assis à même le sol ont promis y passer "la nuit s'il le faut". Globalement, si l'on en croit les partisans du Sdf, les résultats de l'élection des sénateurs sont favorables à leur parti. "Sauf coup de magie, nous allons remporter au moins cinq sièges sur les sept possibles", a lâché un manifestant surexcité.

Si jamais le Sdf se taillait la part du lion, cela confirmerait les rumeurs persistantes de ces derniers jours dans l'Adamaoua. Comme quoi, les conseillers municipaux du Rdpc se seraient juré, main sur le cœur, d'offrir leurs voix aux candidats du Sdf. La consigne de « vote blanc » aurait finalement été balayée du revers de la main par la majorité. Ce, au nom du « vote en âme et conscience ». Dans ce brouhaha de consignes, seul le village natal de Hamadjoda Adjoudji aurait promis de voter « blanc ». Rien n’est moins sûr.

Une victoire du Sdf sur l'Undp dans l'Adamaoua serait synonyme de surprise générale. C'est que le parti de la balance ne dispose pas le moindre conseiller municipal dans la région. A la différence de l'Undp qui en compte 99. Si l'on en croit une source à la délégation régionale d'Elecam de l'Adamaoua, le pourcentage de participation à l'élection des sénateurs dans l'Adamaoua est de 99, 24%. Sur les 529 électeurs attendus hier dans les bureaux de vote, 4 n'auraient pas valablement exprimé leur suffrage.

Salomon KANKILI

Coulisses

1- Son enveloppe dans un sac poubelle

Des conseillers municipaux de la Vina ont visiblement eu maille à partir avec les étapes à franchir dans leur bureau de vote respectif. « L'on aurait peut-être dû les soumettre à des simulations », lance un observateur électoral. Beaucoup se sont trompés dans l'isoloir et de nombreux cas d'incompréhensions ont été enregistrés dans certains bureaux de vote du lycée classique et moderne de Ngaoundéré. Le maire adjoint de l'arrondissement de Mbé par exemple a été contraint à la patience parce que sa carte d'électeur a révélé quelques erreurs. D'autres conseillers municipaux en provenance de l'arrière-pays étaient comme dans les nuages. A l'instar de cette femme qui est ressortie de l'isoloir sans son enveloppe. « Je l'ai jeté dans le sac poubelle avec tous les bulletins», a-t-elle rétorqué aux responsables du bureau de vote en question. Après moult explications, la votante est arrivée à glisser son enveloppe dans l'urne.

2. L'argent ne fait pas de bruit

Sourire aux lèvres, la mine réjouissante, le pas alerte... Les conseillers municipaux présents au centre de vote de Ngaoundéré sont tous passés à la caisse. Chacun a empoché la somme de 50 000 Fcfa. Du coup, la fatigue des uns, l'impatience des autres a laissé place à la satisfaction générale. Nana Oussoumanou, conseiller municipal à la commune de Martap a confié : « tout s'est bien passé. On est content ». Comme lui, l'ensemble des votants a été désintéressé.

3. Un « Tchadien » vote à Tcholliré

L'affaire a fait grand bruit, plongeant le centre de vote du département du Mayo Rey dans l'incertitude électorale. « Un Camerounais d'origine tchadienne a voté et nous ne sommes pas contents (...) Il est candidat sénateur suppléant et en même temps conseiller municipal à la commune de Touboro », s'est insurgé une source jointe au téléphone. Il raconte que des manifestations en vue de contester ce vote ont été étouffées par les forces de l'ordre. L'autorité traditionnelle et membre du Rdpc qui s'est confié a votre journal a dénoncé une campagne de déstabilisation. « Les élections se sont bien déroulées et nul doute que le Rdpc va l’emporter », a-t-il promis. Dans l'ensemble, en dehors de ces contestations rangées, l'élection des sénateurs dans le Nord s'est déroulée sans incidents. La nationalité douteuse de l'électeur de Touboro sera sans doute élucidée dans les prochains jours par les autorités compétentes.

© Salomon KANKILI | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau