Sénatoriales 2013: Elecam disqualifie quatre listes du RDPC

Au terme d’une session de plein droit, Elections Cameroun (Elecam) a arrêté la liste des candidatures devant concourir le 14 avril 2013 pour le premier Sénat du Cameroun. A la surprise générale, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) est recalé dans quatre régions du pays.

elecam-batiment.jpg

Au terme d’une session de plein droit, Elections Cameroun (Elecam) a arrêté la liste des candidatures devant concourir le 14 avril 2013 pour le premier Sénat du Cameroun. A la surprise générale, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) est recalé dans quatre régions du pays. Seules ses listes du Centre, du Nord, du Sud, du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et du Littoral ont passé les mailles du filet des membres du Conseil électoral à pied d’œuvre toute la journée d’hier, 20 mars 2013. Ainsi le parti du flambeau ne compétirait pas (sauf meilleur avis du Conseil constitutionnel) dans les régions de l’Extrême Nord, de l’Adamaoua, de l’Est et de l’Ouest.

Son challenger le plus redouté, le Social democratic front (Sdf) a un meilleur sort. Lui qui pourra concourir dans sept régions au total. Ce sont l’Adamaoua, le Centre, le Nord, le Nord-Ouest, le Sud, le Sud- Ouest et l’Ouest. Le parti de John Fru Ndi n’est pas en course dans le Littoral, l’Extrême-Nord et L’Est. Quant à l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) seules trois de ces listes ont été validées par Elecam dont celle du Nord. Le dernier parti qui participera au scrutin du 14 avril est l’Union démocratique du Cameroun (Udc) avec sa seule liste de la région de l’Ouest. La seule d’ailleurs déposée par le parti de Ndam Njoya.

En gros, Elecam qui a enregistré 40 listes de partis politiques pour les sénatoriales en a rejeté 23 et tandis qu’il en a validé 17. Ce, pour des raisons pas encore clairement énoncées. Mais elles pourraient tenir d’après des sources bien informées de la défaillance de certains éléments des listes ou des ensembles dans une région. Quoiqu’il en soit, les candidats recalés ont 2 jours pour saisir la Cour suprême siégeant comme Conseil constitutionnel pour essayer d’inverser la tendance. Mais si la haute juridiction ne revient pas sur la décision du Conseil électoral, on pourrait bien avoir au moins 28 sénateurs de l’opposition sur les 70 le 14 avril prochain. Le Rdpc ne pouvant pas postuler dans quatre régions du pays. Affaire à suivre…

© Rodrigue N. TONGUE | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau