Réseaux sociaux : La nouvelle affaire Mendo Ze

L’ex-Dg de la Crtv a été pris en image dans sa cellule à Kondengui. Un acte qui suscite d’incroyables analyses dans le sérail.

En début de semaine dernière, une image de l’ex-directeur général de la Cameroon radio television (Crtv), en détention préventive à la prison de Kondengui, a fait le tour des réseaux sociaux. La photographie querellée montre l’enseignant d’université, vêtu négligemment dans le réduit qui lui sert de cellule, devant un petit lit à étage, visiblement en pleine conversation. Cette image a suscité un flot de réactions contrastées sur la toile, mais également dans le sérail. Un internaute a eu ce commentaire : «Il chantait les louanges de Dieu le jour et vidait les caisses de la Crtv la nuit. On ne trompe jamais le Seigneur».

Un autre s’est dit «particulièrement choqué de voir en boucle l’image du professeur Mendo Ze dans les réseaux sociaux. Prise dans sa cellule. Dans une posture désavantageuse. Devant ce qui lui sert de lit. Avec des commentaires aussi déplacés que gratuitement méchants. Personnellement, j’ai été l’étudiant de ce prof en cours de stylistique en 4e et 5e année et je plaide pour qu’on respecte au moins sa souffrance. Pourquoi ajouter le persiflage et le fiel à la peine d’un homme de cet âge déjà incarcéré ? Qu’on le laisse face à la justice et à son sort», écrit Romuald N.

Dans certains cercles du pouvoir, cet élan de compassion à l’égard de l’auteur de la chanson à succès «Assimba» est loin d’être partagé. «C’est une manœuvre qui participe des multiples pressions exercées par la famille de Gervais Mendo Ze sur l’autorité suprême en vue de sa libération». Autrement dit, l’objectif recherché par les commanditaires de cet acte est de susciter de la commisération et réclamer justice à l’égard d’une personnalité «qui a servi le chef de l’Etat avec loyauté».

Dans l’entourage  de l’ancien patron de l’audiovisuel public, l’on n’est pas d’accord avec ce prisme d’analyse. «La famille n’est pour rien dans cette affaire. Le prof reçoit de nombreux visiteurs : des membres de sa famille, des étudiants, des employés de la Crtv qui lui sont restés fidèles, des universitaires, des prisonniers qui sollicitent son aide, etc. Je suppose que c’est un visiteur qui a fait cette image et qui l’a postée naïvement  sur les réseaux sociaux», indique Raoul Simplice Minlo, un proche de Mendo Ze.

Ce journaliste précise que «le prof n’était pas au courant que son image fait le tour des réseaux sociaux. Il a été informé par mes soins. De prime abord, j’ai trouvé cet acte méchant et indécent. Mais après, je me suis dis que cela doit être le fait d’un esprit naïf qui voulait faire le buzz en prenant le prof en image dans son trou. Les professionnels en la matière peuvent témoigner qu’il s’agit d’une photo volée. Si c’était un stratagème pour les raisons qui sont avancées, on n’aurait pas vu le prof dans une telle posture. Je dois vous dire que le prof vit dignement sa situation. Il n’en veut à personne. Il prépare sa défense et a confiance dans la justice de son pays. Vu ce qui est arrivé, le prof va être obligé de sélectionner les gens qu’il reçoit à l’intérieur de sa cellule», explique     M. Minlo.

Dans l’histoire de l’opération Epervier, c’est sans doute la première fois qu’une personnalité «présumée innocente» est ainsi présentée, sommairement habillée, dans son «intimité». Cela est d’autant plus surprenant qu’à l’entrée du pénitencier de Kondengui, les visiteurs sont, en règle générale, tenus de déposer leurs téléphones à la guérite.

© Mutations : Georges Alain Boyomo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 27/01/2016