QUATRE FEMMES KAMIKAZES SE FONT EXPLOSER AU CAMEROUN

L'attaque, qui a fait au moins cinq morts, est attribuée à la secte islamiste Boko Haram...Il pourrait s’agir d’une nouvelle attaque de Boko Haram. Quatre jeunes femmes se sont fait exploser ce samedi dans les environs de Fotokol, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, tuant cinq civils.

Afficher l'image d'origine

Une première kamikaze a actionné sa charge explosive dans la maison du chef traditionnel de Leymarie, petit village camerounais situé en périphérie de Fotokol, tout près de la frontière avec le Nigeria, le tuant sur le coup avec quatre membres de sa famille, a expliqué le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari.

Dans les minutes qui ont suivi, trois autres femmes ont déclenché leurs explosifs à proximité, sans toutefois faire de victimes, a-t-il ajouté.

D’après une source sécuritaire camerounaise, les quatre kamikazes étaient « des jeunes filles âgées d’une quinzaine d’années », ce qui oriente les soupçons vers le groupe islamiste Boko Haram, qui a régulièrement recours à des jeunes filles pour mener ses attentats-suicides.
Changement de stratégie ?

D’après le gouverneur, « c’est la première fois qu’une kamikaze se fait exploser dans une chefferie. Nous pensons qu’ils [Boko Haram] sont en train de changer de stratégie parce que nous avons pris des mesures drastiques pour sécuriser les lieux de forte affluence qui étaient ciblés par les kamikazes [écoles, marchés, mosquées et buvettes] ».

Fotokol est régulièrement la cible d’attaques transfrontalières des islamistes de Boko Haram. Ainsi, le 9 novembre, trois civils avaient été tués au cours de l’attentat-suicide mené par deux femmes kamikazes près d’une mosquée à Fotokol.

© Source : 20minutes.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau