Programme thermique d'urgence: Les centrales à l'arrêt - Les approvisionnements de gasoil bloqués pour cause de factures impayées

Il n'y a plus de gasoil pour faire tourner les quatre centrales thermiques mises en service en 2011 dans le cadre du Programme thermique d'urgence (Ptu). La dernière à éteindre ses moteurs c'est celle d'Ebolowa, 10 mégawatts (Mwh) mercredi dernier, vers 4h du matin. Bien avant, les centrales thermiques de Yaoundé-Ahala (60 Mwh) et de Mbalmayo (10 Mwh avaient déjà cessé de fonctionner respectivement les 12 et 24 décembre derniers.

Quant à la centrale de Bamenda (20 Mwh), elle a pu fonctionner jusqu'au 1er janvier 2013 avant de s'arrêter elle aussi. Ces informations proviennent de la cellule de coordination du Ptu, où on explique, par ailleurs, que l'arrêt des centrales est dû au blocage des approvisionnements en gasoil des deux marqueteurs retenus à cet effet. La consommation de gasoil est fonction de la capacité de chaque centrale. Plus la capacité est grande, plus la quantité de gasoil nécessaire à son fonctionnement est élevée.

Si la centrale thermique de Bamenda dont la puissance installée est de 10 Mwh est sollicitée pendant 10 heures de temps, elle va consommer en moyenne 54 000 litres de gasoil. Celles de Mbalmayo et d'Ebolowa de 10 Mwh chacune, ne consommeront que 25 000 litres de gasoil si elles sont sollicitées même temps. Par contre, la centrale thermique de Yaoundé-Ahala (60 Mwh), nécessite pour 10 heures de fonctionnement, 162 000 litres de gasoil.

Des besoins énormes qui nécessitent d'être comblés. Néanmoins, pour l'année 2012, le Ptu a injecté dans le réseau interconnecté Sud de Aes- Sonel, 43 368 648 Mwh d'énergie. Plus de la moitié provenant de la centrale thermique de Yaoundé-Ahala qui affiche au compteur 31 669 Mwh d'énergie livrée entre janvier et décembre 2012. Cette centrale, à la différence des trois autres, est exploitée en mode location par l'entreprise Aggreko qui l'a également construite.

Le tableau récapitulatif de l'énergie fournie par le Ptu révèle qu'aucune centrale n'a été sollicitée durant le mois d'octobre 2012. Le Ptu initié en 2009 par le gouvernement camerounais, a été conçu pour relever de 100 Mwh, l'offre énergétique. Depuis les essais et tests de mise en service en début janvier 2011, toutes les quatre centrales produisent de l'énergie à la demande d’Aes-Sonel. L'arrêt des centrales en cette période d'étiage pourrait faire ressurgir les désagréments vécus dans la fourniture de l'électricité aux consommateurs.

© Patrice MBOSSA | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau