Profil: Les présidentiables de la Chambre Haute

Certains noms circulent pour occuper les fonctions de Président du Sénat. Au-delà de l'origine sociologique, ce poste requiert de l'expérience, un profil crédible, et une parfaite connaissance du Cameroun. Si les dinosaures comme Sadou Hayatou sont d'ores et déjà éliminés du fait de leur souci de santé, on voit plutôt des prétendants comme Simon Achidi Achu à l'aise dans un fauteuil de sénateur ou de Président de Région. Pleins feux sur de probables futurs présidents de la Chambre Haute.

Peter Mafany Musonge: Une loyauté qui pourrait payer

Lorsqu'en 1996, Paul Biya le tire des plantations de la CDC pour le propulser à la tête du Gouvernement, Peter Mafany Musonge apparaît comme un célèbre inconnu en politique. Cet homme au style très british, qui a usé ses fonds de culotte à l'Université de Pennsylvanie avec un certain Allassane Dramane Ouattara, répondait donc à une certaine mode: celle de technocrate appelé au chevet des économies africaines malades et sous le diktat des institutions de Bretton Woods. Déjà comme DG de la CDC avant son éclatement, il était le plus gros employeur après l'Etat. Cet homme qui regarde la vie à travers de grosses lunettes de myope, se révélera un grand bourreau de travail au point où on a craint pour sa santé après un malaise dont il a été victime lors d'un colloque international au Palais des Congrès. Il a connu un passage à vide après son départ de la Primature. Mais sa loyauté a fini par payer. Depuis quatre ans, il est le grand Chancelier des Ordres Nationaux. Cet homme consensuel, qui sait se mettre au dessus de la mêlée et des chausse-trappes politiques à l'avantage de n'avoir jamais vu son nom mêlé à toutes les affaires de détournements qui tiennent en haleine depuis un certain temps. En 1997, il fut nommé directeur de campagne de Paul Biya à l'élection présidentielle. A cette occasion, il révéla son profil d'animal politique redoutable, faisant le tour des provinces, tenant les foules en haleine. Originaire du Sud-Ouest, le fait qu'il soit dans l'aire culturelle Sawa le met donc à la confluence de tous les intérêts des solidarités communautaires. Et sur la base des équilibres régionaux et numériques, sa nomination comme Président du Sénat ne poserait aucun inconvénient majeur.

Amadou Ali: Un pragmatique froid

Amadou Ali est un pragmatique froid.Au discours ampoulé et aux sorties exhibitionnistes, il préfère l'efficacité des résultats. Bien assis dans l'Extrême-Nord qui reste un des plus grands bassins électoraux du parti au pouvoir, ce fils de Kolofata peut également se prévaloir d'une bonne expérience de haut commis de l'Etat. II a été à des postes névralgiques et à des moments sensibles: 17 ans comme SED, SGPR par intérim après la démission de Titus Edzoa, Ministre de la Défense, Ministre de la Justice, et actuellement Ministre chargé des Relations avec les Assemblées. La seule évocation de son nom fait perdre le sommeil à beaucoup de ripoux de la République. Mais on évoque ses piètres talents de communicateur et sa vision très rigoriste du pouvoir comme des inconvénients dans un contexte libéralise.

Joseph Owona: Le profil de l'emploi

Cet universitaire, brillant constitutionnaliste, et maître d'œuvre de la Constitution du 18 janvier 1996, est un homme à poigne et d'expérience. Véritable bourreau du travail, il a fait le tour du propriétaire comme Chancelier de la défunte unique Université de Yaoundé, au Contrôle Supérieur de l'Etat, au Ministère de l'Enseignement Supérieur, au Secrétariat Général de la Présidence de la République, à la Santé, au Ministère de la Jeunesse et des Sports ou au tout puissant Ministère de l'Education Nationale avant son éclatement. Comme Ministre des Sports, il a marqué les esprits après la CAN 98 au Burkina Faso, en reversant dans le Trésor Public près de 800 millions du reliquat du budget. C'est également à cette période qu'un conflit avec Vincent Onana, ancien Président de la FECAFOOT va révéler au grand jour son "instinct de tueur". Mais un des points d'ombre de sa gestion reste sans contexte lié à son passage au Ministère de la Santé. En propulsant le Professeur Ndam Njitoyap à la tête du projet santé, fécondité, nutrition, ses détracteurs y ont vu le coup de pousse donné à un beau-frère pour couvrir ses diverses forfaitures. Mais homme sociable et attachant, d'un caractère entier, bon vivant, il n'avait fait cependant étalage d'un train de vie ostentatoire. Mais seul inconvénient de taille à sa nomination comme Président du Sénat, il est originaire du Sud comme l'actuel Président du Cameroun.

© Max Mpandjo | L'Indépendant

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau