Présidentielle au Gabon: Ouattara met « fin » aux fonctions de son conseiller Mamady Diané, accusé d'ingérence

Le président ivoirien Alassane Ouattara a « mis fin » mardi aux fonctions de Mamady Diané, l'un de ses conseillers, accusé d'ingérence dans la présidentielle au Gabon.

 

« Suite aux informations relatives à l'ingérence de Monsieur Mamadi Diané dans le processus électoral de la République sœur du Gabon, il est mis fin à ses fonctions de Conseiller spécial à la présidence de la République de Côte d'Ivoire, à compter de ce jour », indique un communiqué de la présidence ivoirienne.

« La présidence de la République condamne cet acte d'ingérence et rassure les autorités et le peuple gabonais qu'elle tient au strict respect de la souveraineté de la République gabonaise », ajoute le texte.

L'Etat ivoirien « réaffirme sa ferme volonté de tout mettre en œuvre pour continuer à préserver les liens d'amitié et de fraternité qui ont toujours existé entre les deux pays », poursuit le communiqué.

Le gouvernement gabonais a dénoncé mardi une cellule de cybercriminels ivoiriens « d'atteinte à la sûreté de l'Etat ».

Le ministre gabonais de la Défense, Mathias Otounga Ossibadjouo, a indiqué que ces menaces d'atteinte à la sûreté du pays sont de trois ordres : « cybercriminel, atteinte aux données à caractère personnel et importation illégale de matériel de télécommunication satellitaire et militaire ».

Selon les autorités gabonaises, il s'agit de la mise sur pied d'« une application pirate«  dénommée « REGAB ». En plus de « l'échange de données incontrôlée », cette application est « reconnue pour pirater l'ensemble des données personnelles de ses utilisateurs ».

M. Yeo Shifowa, un homme de nationalité ivoirienne est considéré comme étant le chef de cette cyber-cellule.

Le porte-parole du gouvernement gabonais, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a dénoncé des « ingérences multiples », visant la France et la Côte d'Ivoire.

« Il y a des ingérences étrangères multiples, d'abord en France (ndlr: l'ancienne puissance coloniale) », a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse au siège de Gabon Télévision.

Le Gabon est suspendu à l'annonce du résultat de l'élection présidentielle. L'opposant Jean Ping s'est proclamé dimanche devant la presse et ses partisans à Libreville vainqueur de l'élection présidentielle à un tour au Gabon. Le président sortant Ali Bongo, lui, a affirmé attendre avec sérénité les résultats.

Oeil d'Afrique

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau