Pour cause d’autoroute: Tsimi Evouna annonce de nouvelles casses

Le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé a fait l’annonce à l’issue de la visite de la délégation interministérielle sur la section urbaine de l’autoroute Nsimalen-Yaoundé.

tsimi-evouna210409225.jpg

Une mauvaise nouvelle pour les populations et les commerces environnants. Jeudi 23 mai 2013. Il est presque 12h30 minutes. La délégation interministérielle, constituée des ministres des Travaux publics, des Domaines, du cadastre et des affaires foncières, de l’Eau et de l’Energie, des Marchés publics, et naturellement du ministre du Développement urbain et de l’habitat, chargée de visiter la section urbaine du projet de construction de l’autoroute Nsimalen-Yaoundé se trouve au lieu dit « Carrefour sous-préfecture de Tsinga », dans l’arrondissement de Yaoundé 2e. C’est la fin du parcours de cette visite de la section urbaine de la future autoroute qui va relier la ville de Yaoundé à l’Aéroport international de Yaoundé Nsimalen. Le tronçon visité ce jour s’étale sur environ 10 kms.

Tout a commencé dès 11h au lieu dit deuxième échangeur de Mvan, à la sortie sud de la ville de Yaoundé. L’impressionnante délégation comptait dans ses rangs, outre les proches collaborateurs des membres du gouvernement présents, les représentants des entreprises devant réaliser ce projet et les hommes des médias. Tous ont commencé par écouter les explications du maître d’ouvrage du projet, le ministre du développement urbain et de l’habitat. Jean Claude Mbwentchou et ses collaborateurs ont ainsi indiqué à l’assistance que la section en rase campagne l’autoroute Nsimalen-Yaoundé longue de plus 10 km, va du rond point Nsimalen au lieu dit Ahala après la station service Mrs de cette agglomération.

On se rappelle que suite à une visite de cette section en rase campagne, par la même délégation interministérielle en décembre 2012, l’appel d’offres des travaux de construction et la maîtrise d’œuvre de cette section ont déjà été lancés, les dossiers sont en examen au niveau du ministère des Marchés publics. Ce qui fait que, la section urbaine part du quartier Ahala jusqu’au point de jonction du boulevard Jean Paul II, en contrebas du Palais des congrès de Yaoundé. Selon les techniciens du ministère du Développement urbain et de l’habitat, le type de voie adopté pour la section urbaine de cette autoroute est celle d’un boulevard urbain absolument identique au boulevard Jean Paul II avec un profil en travers de 2x3 voies de terre plein central et trottoirs, pour une vitesse de référence de 60 km/h si l’on reprend les informations contenue dans la fiche technique du projet.

Lobbies

Les travaux de cette section sont exécutés par les entreprises chinoises Synohydro (tronçon Ahala-Carrefour Nsam-Trois statuts 5,8 km) et China Road and Bridge Corporation (tronçon Oil Lybia-Mess des officiers-Poste centrale-Ecole de police-Carrefour sous préfecture Tsinga pour 2,1 km). Il a par la suite été indiqué à la délégation interministérielle qu’une attention particulière sera accordée à l’étude des intersections dans le but d’assurer la circulation rapide des cortèges officiels tout en améliorant la fluidité de la circulation. Il s’agit notamment pour ce qui est de l’intersection avec la voirie vers Tropicana avec adaptation de l’échangeur inachevé d’Ahala, l’aménagement de l’échangeur actuel de Mvan, mais aussi les aménagements du Carrefour Nsam, du carrefour des Trois Statuts (avec étude d’échangeur encore en cours), du carrefour Olézoa-Mvog Atangana Mballa, du carrefour du Mess des officiers (où une étude d’échangeurs est aussi en cours) ; du raccordement avec le carrefour de la place Ahmadou Ahidjo (encore appelé Poste centrale).

Tout comme il y aura le raccordement du boulevard du 20 mai avec le carrefour Warda, les aménagements du carrefour Warda, du carrefour Mrs de l’Ecole de police, du carrefour de la sous- préfecture de Tsinga. Tous ces travaux de construction de l’autoroute dans la section urbaine ont un mode de réalisation qui intègre les expropriations et recasements. Le délégué du gouvernement auprès de Cuy, Tsimi Evouna a tenu à l’annoncer aux médias le 23 mai 2013, à la fin de la visite interministérielle sur le terrain: « Nous allons procéder à des destructions sur le passage de la section urbaine de l’autoroute. Il faut bien que les populations le comprennent.

Celles qui seront touchées seront régulièrement expropriées, et une délégation interministérielle a identifié 06 sites de recasement au cours d’une descente sur le terrain, le 15 mai dernier, dans les départements du Mfoundi, de la Mefou et Akono, et de la Mefou et Afamba.» Au final, c’est la main sur le cœur que le ministre Jean Claude Mbwentchou a rassuré les médias sur la réalisation de cette section urbaine de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen.

Espérons que le projet est définitif ; quand on sait que des lobbies continuent de s’activer en coulisses pour faire passer l’autoroute sur le tronçon Etoudi-Olembé-Soa-Nkoabang-Nsimalen, comme initialement annoncé. Le projet dans sa totalité coûte 154 milliards de Fcfa, dont 67 milliards pour la section en rase campagne et 87 milliards pour la section urbaine. Selon les confidences du ministre Jean Claude Mbwentchou aux médias, les travaux pourraient démarrer dès septembre 2013.

© Jean François CHANNON | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau