POLÉMIQUE - DÉCÈS DE LA BELLE-MÈRE DE PAUL BIYA : DEUX OBSÈQUES, À MVOMEKA ET BANDENKOP, SERONT ORGANISÉES

Chantal paul biya141014300Depuis le décès le 2 octobre 2014 de Mme Mboutchouang née Ndongo Mengolo Rosette Marie, mère de la première Dame, et Maire de la Commune de Bangou, le débat enfle sur le lieu où elle sera inhumée. Le couple présidentiel vient de mettre fin aux supputations.

L’OPINION PUBLIQUE n’arrivait pas à s’accorder sur le lieu de son inhumation. Entre ceux qui soutenaient que la logique et le droit voudraient qu’elle soit inhumée dans le village de son époux, à Bandenkop et ceux qui disaient être dans certaines confidences qui annonçaient son inhumation à Nanga-Eboko, sa ville natale, c’est finalement à Mvomeka que sera sa dernière demeure. Ainsi en a décidé le couple présidentiel. Comme l’indique le programme officiel publié par le Cabinet civil de la Présidence de la République. Est-ce par une volonté de couper la poire en deux que cette décision a été prise ?

Tout le laisse croire. Puisque ce ne sera ni à Nanga Eboko ni à Bandenkop que la «belle Maire» sera inhumée. Mais dans le village natal du président de la République, à Mvomeka’a dans l’arrondissement de Meyomessala, département du Dja et Lobo dans la région du Sud. D’après le programme officiel des obsèques publié hier lundi par le Cabinet civil de la Présidence de la République : du 14 au 15 octobre des messes et recueillements auront lieu à la «résidence familiale » sise au quartier Bastos à Yaoundé.

La levée de corps aura lieu le 16 octobre 2014 à l’Hôpital Général de la capitale. S’en suivra une messe à la cathédrale Notre Dame des Victoires de Yaoundé avant le départ pour Mvomeka’a. L’inhumation aura lieu vendredi, 17 octobre 2014 «dans la plus stricte intimité», précise le communiqué signé du Directeur du Cabinet civil, Martin Belinga Eboutou. Cette décision à laquelle adhère de manière stoïque son époux Ernest Mboutchouang a été acceptée avec résignation. La famille de l’époux en particulier et les populations de l’arrondissement de Bangou en général espéraient que honneur leur sera fait de couvrir sous leur sol la dépouille de celle qui était leur femme, leur Maire et même leur reine, Maffo Siligap Rosette Marie épouse Mboutchouang.

Une occasion de démontrer le degré d’adoption qui était le leur, en lui organisant des obsèques grandioses à la dimension de la reine qu’elle a été dans le village Bandenkop. Mais aussi donner tout le sens de la politique prônée par Paul Biya dans son livre : «Pour le libéralisme communautaire » qui sous-tend que chaque Camerounais doit se sentir chez lui partout où il est installé sur le territoire camerounais. Malheureusement, des contingences qui sont au-dessus de cette volonté politique ne permettront pas aux fils et filles de l’Ouest en général de lui rendre ce vibrant hommage. «Cette solution de t’enterrer ni dans ton village, ni dans le nôtre, à bien y regarder est comme une solution d’apaisement », confie un dignitaire de la région de l’Ouest.

Même si celle-ci n’enlève rien à leur déception. «Mais comme la femme était déjà nôtre, nous ne comprenions pas que sa dépouille soit inhumée ailleurs. Nous percevons cela un peu comme une humiliation», souligne un internaute. Selon certaines indiscrétions, en inhumant Mme Mboutchouang née Ndongo Mengolo Rosette Marie à Mvomeka, cela permettra à son unique progéniture qu’est Chantal Biya de garder le contact avec celle qui est pour elle l’être le plus cher dans le monde. Cela permettrait de pouvoir se recueillir facilement lorsque de besoin sur la tombe de sa génitrice. Ce que comprennent parfaitement les populations de l’Ouest qui observent mieux que quiconque un culte aux morts. Toutefois, conservateurs des traditions ancestrales, les fils souche du village Bandenkop en particulier et de l’Arrondissement de Bangou ne se contenteront pas des obsèques officielles.

Des obsèques traditionnelles grandioses à Bandenkop

Il sera alors organisé dans la discrétion, afin que cela ne soit pas perçu comme une défiance, des obsèques traditionnelles le samedi 18 octobre à Bandenkop. Obsèques traditionnelles au cours desquels son époux, Ernest Mboutchouang recevra ses amis et connaissances qui viendront lui témoigner leur compassions. Par la suite, seront organisés des funérailles dignes du rang de notabilité de la défunte qui était reine Maffo Siligap.

Avec la sortie des sociétés secrètes et des danses réservées qui ne sont exécutées que sur ordre du roi, Sa majesté Fe Ghomsi, Chef supérieur du village Bandenkop. «Les populations Bandenkop savent comment elles te pleurent et comment ta mémoire sera toujours honorée suivant l’ensemble de nos traditions séculaires», susurre une élite Bandenkop. Rappelons que Mme Mboutchouang née Ndongo Mengolo Rosette Marie a entamé depuis hier son voyage retour vers ses ancêtres. Car c’est hier, lundi le 13 octobre 2014 que sa dépouille a été accueillie à l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen en présence de sa fille, la première Dame Chantal Biya. Ce qui a suscité une forte mobilisation dans cette installation aéroportuaire où l’activité a été paralysée pendant toute la journée pour des besoins sécuritaires.

© Aurore Plus : Barthélémy Nzock

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau