Performance: Les «Grandes réalisations» sur les rails

Imperceptiblement, le Cameroun en ses nombreux endroits, est le théâtre de grands chantiers infrastructurels, routiers, miniers, énergétiques, etc. Paul Biya est en train de tenir son pari.

biya-premiere-pierre-lom-pangar-0098-08-2012-thn-475.jpg

«En 2018, le Cameroun aura un visage différent de celui qu'il a aujourd’hui.» Le pronostic est d’un investisseur allemand, venu à Douala rencontré des partenaires d'affaires. Il ne croit pas si bien dire. Tous les secteurs économiques semblent en effervescence. Même si dans leur quotidien, les populations ne le ressentent pas encore, un vent de progrès économique et de modernité souffle sur le pays d'Est en Ouest, du Nord au Sud. «Les effets se verront bientôt sentir», rassure un cadre à la Primature.

Cependant, force est de constater que les populations se plaignent de moins en moins de pénurie d'eau potable. Certes, beaucoup de ménages éprouvent encore de difficultés d'approvisionnement hydrique. Mais les choses vont en s'améliorant, et les nouvelles infrastructures de forte capacité de production sont la pour témoigner de ce que le Cameroun amorce sa révolution énergétique, tant dans le domaine de l'eau que de l'électricité. «D'ici à 2014, si le rythme est maintenu, on attendra moins parler de délestage», se satisfait à l'avance, une source au Ministère de l'Eau et de l'Energie.

Une perspective réjouissance en somme. Concernant les logements sociaux, des motifs de satisfaction existent. La construction des premiers bâtiments flambant neufs est achevée et l'on attend plus qu'une commission fixe les coûts du loyer, qui on l'espère sera de caractère social. D'autres chantiers sont en phase de finition, au grand bonheur des populations démunies qui voient là une occasion supplémentaire d'échapper aux affres du mal-logement.

Parlant des infrastructures routières, de plus en plus de localités sont reliées par un axe bitumé. L'absence de communication autour de ces réalisations donne l'impression que rien n'avance dans ce secteur. Et pourtant... Un exemple: une longue et belle route rend facile la circulation entre le Cameroun et la plupart de pays qui lui sont frontaliers. Autant de choses qui participent de la concrétisation des Grandes Réalisations. Sur le plan économique, les partenaires du Cameroun sont d'avis que tous les indicateurs sont prometteurs. Les investisseurs affluent avec la promesse de création supplémentaire d'emplois.

Une nouvelle de nature à réjouir les jeunes diplômés, que n'épargnent pas les foudres du chômage. Sans la stabilité politique et la paix, maintenue de main de maître par Paul Biya, rien de tout cela ne serait possible. Avec la mise en place du Sénat, le paysage démocratique du Cameroun s'est renforcé. Depuis mercredi dernier, le tout premier président du Sénat, en la personne de Niat Njifenji, est connu. Le choix de ce militant du Rdpc, réputé fidèle à Paul Biya, a pris de court tous les analystes politique. Un autre coup du chantre des Grandes réalisations, qui démontre, s'il en est encore besoin, que l'accès aux hautes fonctions de l'État n'est pas l'apanage de quelque tribu donnée. Une façon de dire que la paix et la prospérité du Cameroun se fera avec tous ses fils d'où qu'ils viennent. Et c'est là le message du président Biya!

© Mamouda Labaran | La Météo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau